Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Lettre à Guillaume

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 11 Octobre 2012, 11:34am

Catégories : #Lettres, #Poésies

 

 

Pense que ta main est dans la mienne,
Que mes baisers te reviennent,
Quand ils partent, comme je l’ai fait souvent
Sans le vouloir vraiment.
Crois que mes silences sont les tiens,
Dans le tendre va-et-vient
De nos lèvres qui s’effleurent, épanouies,
Au cœur de ce bouquet de non-dits, ravis
À ces étreintes en vase clos.
L’écho
Dans le lointain,
Est-ce toi ce cri soudain,
Alors que nos bouches sont unies ?
Cette rumeur incessante qui me dit :
« Viens, avant que je ne m’en aille,
Je te somme de prendre part à la bataille,
De m’écorcher !»
Des mots que tu n’as pas prononcés. 
Je suis partie, tu ne l’a même pas su.
Je ne reviendrais pas puisque tu l’as voulu.
Ces paroles qui nous ont bousculées
Elles viennent de nous, de nos pensées.
J’ai mis les voiles sur ce que je ne voulais pas voir
Pour faire renaître en toi, en moi, l’espoir
De nous retrouver,
Lorsque les jours pluvieux se seront écoulés.
Le pire empire
Que nous voulions conquérir
C’est cette liberté
Qui nous a condamnés
A vivre l’un contre l’autre,
Au lieu de respirer cet amour qui est le nôtre.
De bienveillances en reproches
De te sentir dans l’absence si proche
Alors que tu es loin.
Tes soupirs en mon sein,
Les caresses que l’on se fait malgré nous
Lorsque nous sommes tous les deux à bout,
Qui nous remplissent de joies
Teintée de jadis et de pourquoi.
Je veux que tu sois là.
Je t’en supplie ne te retourne pas
Sur ce que nous avons fait
Il n’y aurait que des regrets.
L’amertume tue la vie,
Nous la voulions jolie,
Et nous avons fait ça,
Nos sentiments au milieu des gravas.
Délestons-nous
De ces tabous
Qui nous ont conduits jusqu’ici,
A estimer que tout ce que l’on s’est dit
N’a jamais existé,
Quoique nous en ayons si souvent pleuré.
Il subsiste cette tendresse
Cette esquisse qui ne cesse
De dessiner notre avenir,
De destiner nos souvenirs
A un futur certain.
Lorsque nous reprendrons le chemin
De ce « Nous » auquel nous avons cru,
Qui se noie de jamais plus,
Que l’on aime, que l’on déteste,
Nous percevrons cette lueur céleste,
Gisant dans notre espace.
Elle nous ranimera, fugace,
D’un frôlement imaginé,
Dans un désir mêlé,
Et nous dirons « reviens vers moi
Il ne me manque plus que toi,
Tes sourires, ton corps et tes gestes
Je t’aime encore. Reste. »

 

 

Muriel Roland Darcourt

Lettre - Monologue - Poésie - Reste

 

phoenix75-digital-art-fractal-Aura.jpg

Commenter cet article

Palmier 30/10/2012 11:24


Très beau texte !


Merci pour le partage...

Blondinette 27/10/2012 09:54


Très belle supplique !!!J'aime
Bisous ♥ *´¨)
¸. •´¸.♥ •´¨) ♥¸. •*¨)(¸.♥ •´* •.¸
(¸.♥ •´ (¸.♥ •´ (¸.♥ •*´¯`(¸.♥ •*´¯`*♥•BLondinette.•*♥ ♥ ♥.¸.•´♥

Koutou 26/10/2012 08:01


trop fleur bleue, cliché et tout le tralala
fais dans la simplicité

Kyo 26/10/2012 07:57


Les sentiments transparaissent assez clairement et on entre dans le texte assez facilement mais je le trouve également trop long. Il doit être difficile de résumer tout cela mais le rendre plus
concis rendrait aussi ce texte plus percutant.

Mante 26/10/2012 07:55


C'est joli en gros, mais je trouve que ça raconte trop de choses pour de la poésie. Y aurait des trucs à élaguer, sinon tu le laisses tel quel, format lettre, et hop dans la mailbox du
bien-aimé.
J'aime bien tes images, le thème me dérange pas, j'ai trouvé ça juste trop long, du coup c'est un peu pénible au bout d'un moment (et toi et moi on peut pas être ensemble mais je t'aime
nanana).
Ah oui, par contre j'aime trop la découpe. Les vers sont bien à cette taille. Enfin, disons qu'à moi y me plaisent.

Alana 21/10/2012 20:19


Émouvant appel au retour
Quand l'amour s'en va
On ne sait pourquoi
Nous espérons toujours
Amitiés.

Bleue 21/10/2012 18:24


Les vicissitudes de l'amour. Le vat-et-vient des sentiments, absence/présence.

"Nos sentiments au milieu des gravas.
Délestons-nous
De ces tabous
Qui nous ont conduits jusqu’ici"

Les souvenirs dont on voudrait s'alléger, et être juste attentif à l'instant présent

"Pense que ta main est dans la mienne," et au-delà une certitude

Je t’aime encore. Reste ».


Un ton de sincérité fait la force du poème

Viola 21/10/2012 18:21


Là l'émotion vient de m'emporter.
Je n'en dirai pas plus.

Geneviève 15/10/2012 19:27


C'est au fil de la lecture que je me suis mise à apprécier ce texte!
donc très peu, un peu , et beaucoup...

Den 13/10/2012 17:33


de la poésie personnelle.
Sans doute le genre le plus difficile

J 13/10/2012 11:08


L'idée est forte !
Pour ma part j'ai bien aimé ce texte à part de trois trucs :

- Les rimes (bah en fait je trouve que ça fait de trop, le vers libre se suffit à lui-même)
- Le "ça" qui traîne :p
- La forme de ton texte, qui est un peu compacté

Voilà, mais y'a du bon ! (comme des jeux de sons et de mots)

Continue dans ta lancée :)


N.B 13/10/2012 10:38


J'aime cette simplicité, cette retenue... des vers qui me parlent.

Bruno 13/10/2012 10:37


dans ses mots subsistent un cri,une tendresse...
merci Muriel Roland Darcourt

Hum 13/10/2012 10:34


c'est joli et simple, dommage que ça manque d'image, c'est ce que j'aurais ajouter si j'avais était à ta place.

Frédéric 12/10/2012 20:31


J'aime bien
c'est une longue et belle lettre
de belle facture, soignée, posée, pensée, vécue
c'est ça aussi la poésie
la simplicité du ressentir, en s'appliquant à bien l'écrire
j'aime bien,
merci de nous dévoiler ton être d'amour

Féline 11/10/2012 22:47


j'espère de tout cœur qu'il restera

Evy 11/10/2012 21:01


bonsoir belle écrit que d'amour bonne soirée bisous evy

Nora 11/10/2012 14:28


Bonjour Muriel,

Ca faisait longtemps que je ne t'avais pas lue.
Je me souviens de n'avoir pas été tendre envers tes vers confinés dans un cadre rigide. Là, je te découvre en vers libres et j'en suis plus qu'agréablement surprise. Il y a beaucoup de belles
choses dans ce texte, les mots, les images sonnent justes à mon esprit.

Dénaissance-renaissance, l'amour n'est certainement pas un long fleuve tranquille mais quelle belle aventure quand j'y pense...quelle belle aventure. Sans doute l'une des plus belles expériences
humaines.

(Je ne sais pas si le passage du passé au présent est volontaire, disons que j'ai juste trouvé ça confusant.)

Beaucoup de force dans ce "Reste".
Merci

N.

Mehri 11/10/2012 14:20


une belle invitation toute en douceur...

je ne pense pas qu'il partira


belle journée et merci pour cet instant de lecture

Mehri

Deux 11/10/2012 13:57


Une supplique, qui, je l'espère, sera entendue,

Igloo 11/10/2012 13:54


merci pour la mélodie, Muriel,
un doux versant, plein de féminité.

Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram