Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Monologue du Patron Excédé - J'ai viré quelqu'un

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 3 Avril 2011, 17:16pm

Catégories : #Monologues

Recherche Stagiaire Non Rémunéré(e)

 

J’ai viré quelqu’un.
J’ai le pouvoir de le faire alors je l’ai fait.
Ça fait du bien.
Le pouvoir à quoi ça sert sinon à ça ?
J’ai dit à Johanna: je ne vais pas pouvoir te garder tu comprends, elle a dit oui.
Elle comprend.
Ça a évité des tas d’explications.
J’ai voulu en donner quand-même, me justifier c’est important.
Alors ce matin, je l’ai convoquée dans mon bureau et je me suis servi un café, pour lui montrer que je pouvais le faire tout seul. Que je n’avais besoin de personne pour cela et pour le téléphone c’est pareil, c’est moi qui ai répondu que je n’étais pas là.
Je voulais avoir une discussion avec elle.
Discuter c’est essentiel.
Je sais bien qu’en ce moment elle a des problèmes, des problèmes d’argent.
Qui n’en a pas ?
Moi aussi je voudrais en gagner plus de l’argent, mais au vu de ce que son salaire me coûte, je n’ai plus les moyens d’emmener chaque midi mes clients au restaurant.
Alors j’y mange seul, ce n’est pas très bon pour les affaires.
Quand elle vient avec moi, elle commande toujours un seul plat.
Elle doit être près de ses sous, est-ce que c’est si cher de prendre un dessert ?
On en profite pour faire le point sur les dossiers, on gagne du temps.
Parce qu’elle a beau accepter de rester une heure de plus tous les soirs, les journées sont trop courtes pour tout gérer.
Ce ne sont pas des heures supplémentaires. Seulement une poignée de minutes forfaitaires. Naturellement hors budget. Je ne suis pas milliardaire.
Et pas question d’embaucher. Au prix où sont les salariés.
Elle voit moins ses enfants. Elle doit payer la nourrice en supplément. Comme si c’était de ma faute, déjà que je lui fournis un emploi. Et je connais bon nombre de feignasses qui la voudraient sa place.
Elle travaille trop. Elle s’en plaint. Quand je pense à tous ces chômeurs franchement ça me fait mal au cœur. C’est indécent.
Elle n’a plus les moyens de s’acquitter de son loyer ! Alors, elle travaille trop ou pas assez ?
Je l’ai viré. J’ai le pouvoir de faire ça, alors je l’ai fait. C’est mon devoir. Sauver la société.
J’ai choisi de prendre un stagiaire. Non conventionné. Sinon je devrais le rémunérer.
Et puis quoi encore !
Puisque déjà je lui offre une formation, une expérience, une fonction, une place dans l’existence. Il peut faire un effort.
A la première erreur, je le change, j’en trouve un autre.
Je reçois chaque jour des dizaines de CV. Je n’ai plus qu’à piocher.
Vous devriez m’envoyer le vôtre.
Enfin, si vous voulez bosser…

Les années 2000

 

 

Muriel Roland Darcourt

Monologue du patron excédé - Recherche stagiaire non rémunéré(e) - J'ai viré quelqu'un

entreprise-5.jpg

Commenter cet article

Théo 30/08/2011 10:19


Travailler plus pour gagner moins, c'est ça la solution:) Du point de vue du patron s'entend, enfin de certains patrons, il ne faut pas généraliser.
Du moins c'est le résultat observé pour un grand nombre de salariés ...
Les méthodes de "gestion des ressources humaines" ne sont peut-être pas au point partout ... Sauf à France-Télécom bien entendu.
j'ai bien aimé ce texte aigre-doux


973DD973 14/05/2011 18:10


Je l’ai viré. J’ai le pouvoir de faire ça, alors je l’ai fait. C’est son droit d'exploité.


Id 19/04/2011 13:57


Un regard cynique qui contient plus que sa part de vérité. Ton texte est très bien écrit, bien que j'aie du mal à l'imaginer au théâtre... Il faudrait une sacrée interprétation pour que ça rende
bien, non ?


Muriel 05/04/2011 16:49


Antoine,
J'ai bien l'intention de composer un "Monologue de l'Employé"... Mais, en lisant bien on peut tout de même voir quelques traces à l'intérieur du texte qui donnent des "arguments" au patron...
Le texte original est daté "Les années 2000", et je m'en vais de ce pas le mettre ici aussi.


Antoine 05/04/2011 16:46


Ceci est un plaisant appel à assommer son patron.


Ronch 04/04/2011 14:56


Très divertissant et empli d'un esprit révélateur des différentes manières d'appréhender des faits.


HenriLes 04/04/2011 02:59


excellent, et sans état d'âme, quoique ?


Bruno K 03/04/2011 23:06


oui...le pouvoir est bel et bien destructeur...
implacable !


LéonardMa 03/04/2011 20:18


Eh oui, l'entreprise c'est ça aussi ! Au degré zéro !


MichelAngel 03/04/2011 20:16


A lire au second degré bien évidemment.


Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram