Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Monologue : L'Examen

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 9 Avril 2014, 16:22pm

Catégories : #Monologues, #Lettres

 

Je me souviens que j’étais arrivée défaitiste, sûre de perdre, de ne pas réussir. Sûre que le prix de toute façon ne serait pas pour moi. J’avais mal à la main.
Depuis presque un an je ne m’en servais plus. Pour peindre je veux dire. Ni pour rien d’autre d’ailleurs elle était molle et moribonde et j’arrivais à peine à refermer mes doigts. Depuis l’accident.
La peinture j’aimais bien ça. Le dessin non. L’esquisse me faisait peur, mais les tâches de couleurs j’en faisais mon affaire.
Il y avait ce concours, du genre de celui où ton œuvre est exposée après, lorsque plein de gens la regardent. L’aboutissement de ton génie pictural confronté à toutes critiques, exhibé aux yeux de ceux qui savent.
Ce que je voulais en fait, ce que j’étais venue chercher, c’était la mesure. Et la confrontation. Cette main dont je m’étais si mal servie lorsque je le pouvais encore avait perdu de sa maîtrise qu’elle n’avait déjà pas encore incontestablement acquis.
Je rentre dans la salle, les tables sont espacées. Les chevalets sont érigés.
Le thème était « la pluie » et il y avait une grosse courge exposée au centre de la pièce, et immédiatement certains entreprirent de la reproduire.
Je sors mes tubes.
De quelle couleur est la pluie ?
Je me suis souvenue d’un poème dans lequel Barbara errait. Je l’abritais sous un porche, et ce fut tout.
Il fallut la couvrir pour ne pas qu’elle prenne froid et sans cesse je retravaillais cette femme dont l’inhumanité s’affirmait à chaque coup de pinceau.
Elle ne ressemblait à rien, juste une forme aléatoire, une tâche de noir, et Barbara s’évanouissait sous des trombes d’eau grisâtre formant comme un voile opaque qui la masquait tout à fait.
Au sortir de la guerre, je reculais pour mieux contempler mon œuvre, et je fus prise d’un fou rire écoeuré. La toile était sombre, très sombre et l’on ne pouvait rien distinguer.
Mon voisin se pencha en fronçant les sourcils. Lui peignait une courge assez ressemblante. Le chapeau de Barbara avait disparu. Ses larmes aussi sûrement un peu avec.
Certains commentaient qu’il était triste ce tableau. Je ne pouvais pas faire autrement je n’avais plus la main. Je ne savais même pas si je l’avais déjà eu un jour d’ailleurs. Finalement ce handicap m’excusait. Ce n’était pas cette main qui pensait à cette pluie maussade dont les gerbes étouffaient Barbara. C’était juste mon idée jaillissant de mon cerveau, de mon cœur, et mon âme. La pluie grise sur le tableau.
L’espace d’un instant je voulus en faire un monochrome, pour interpeller le jury sur la cohérence de mon propos. Le déstabiliser. Qu’il voit tous les défauts de cette main qui masquait à chaque coup de pinceau un peu plus Barbara, tant, qu’elle finit par sortir du tableau.
Je ne voulais plus le regarder, ne pas voir, comprendre cette déchéance où l’âme et le corps se rejoignent pour s’affubler de critiques narquoises, de quolibets. Je m’en foutais de ce prix je n’en étais plus là.
Je me promenais dans les allées. Parmi les courges et les gouttelettes et regardant vers les miennes, perplexe.
Il restait dix minutes et ces dix minutes-là figurent dans mon esprit à tout jamais.
D’abord il y eut une colère. Même pas. Juste un mépris que sous-tend une rage. Un dégoût devant tant d’absurdités.
Je me suis emparée du rouge d’un coup sec, comme on attrape un poisson. Ma main le tenait, j’en arrachais de mes dents le bouchon et j’éclatais le tube sur la toile. Le vermillon criant striait ce gris austère d’un océan de sang, ré-haussé aussitôt par un carmin violent. Les gestes furieux s’enchaînaient au bleu, un défoulement, pour le sang de Barbara versé au nom de la patrie par ses enfants.
Au détour d’une éclaboussure, son visage apparut. Je la reconnus qui me souriait. Elle me dévisageait, me disait sa fierté de tenter de la sauver, riait de me voir acharnée, non plus à peindre, non c’était ma main, ma main qui rejetait à pleines brassées des tonnes de couleurs, des arcs en ciel de pluie que le vent fou battait. Que c’était laid. Que c’était bon. Quelle jouissance ! Et je la vis elle, pleinement, et je la désirais sous mes doigts, et je posais ma main sur son visage et je la caressais sans fin. Et la pluie revenait chahuter et je fis l’amour avec elle dans une violence inouïe parmi les couleurs éclatantes, ces trombes époustouflantes. C’était divin, une pure folie. Libération suprême, mes doigts creusaient la toile les tubes entiers s’y engouffraient, moi qui ne savais plus peindre et qui ne peindrais plus jamais.


Autour de moi se faisait le silence et le monde s’arrêtait de tourner. Ils abandonnaient leurs toiles tous pour se rapprocher, certains voulaient stopper ma démence et d’autres m’encourageaient. Et moi je ne savais plus ce que je faisais et j’en pleurais jusqu’à la dernière goutte de ce cœur amer, de ce sublime état de transe. Inassouvi. Perpétuellement inassouvi. Il était l’heure déjà mais pas pour moi. Je n’acceptais pas la fin. Et pourtant il fallait, la cloche avait sonné.
Vide de sens, de mots, mais apaisée, humblement j’allais déposer la toile auprès des autres toiles et je risquais un œil. Bien sûr elle faisait figure de miracle cette figure insolente au milieu de ces courges. Elle était belle et captivante, infiniment généreuse et poignante, je ne m’y reconnaissais plus. Cette main, à présent endormie portait haut les mêmes couleurs que sa victoire.
Je ne pus m’arracher à ce spectacle, assurément ce serait le premier prix, le deuxième peut-être enfin peu importe. Et tout le monde s’approchait, l’examinait, trouvant les courges bien pâles, et sous ma pluie je voyais Barbara souriante. Je ne pouvais pas la laisser là. Et je l’emportais chez moi. Le jury voulu me rattraper mais moi je courais avec Barbara dans les bras.
Et nous avons vécu heureuses, elle et moi, ensemble, pendant deux bons mois. Je ne me lassais pas de la contempler mais elle semblait s’emmerder comme ça dans le froid. Alors j’ai retiré la pluie. Séché ses larmes et elle s’est évanouie. Mais je sais qu’elle est là, dans cette toile, et qu’un jour elle reviendra.

 

Bac A3

 

 

Muriel Roland Darcourt

Monologue - Lettre - L'examen

Monologue : L'Examen

Commenter cet article

Marie 14/05/2014 10:59

Bon jour, belle heure,Pour une promenade, j'ai abandonné ma plume un instant, et me suis approchée de la vôtre. Me voilà emportée dans la danse de cette main...Je l'ai suivie dans ce rythme des mots et leur énergie, pour vivre le geste et la couleur...de pluie. C'est magnifique, à sentir les odeurs d'atelier et la rage de peindre. Merci de ce partage sur la...toile.

Rêvedulac 14/05/2014 10:59

Ce qui m'a intéressée dans ce récit, c'est la naissance d'une oeuvre créatrice. A partir du sujet imposé, l'artiste essaie de traduire l'idée qu'il en a. Il se bat avec la matière. Parfois, quelque
chose se dessine(c'est le cas de le dire) et apparaît comme un mirage. Un geste de trop et tout est brouillé. Dépit de ne pas arriver à ses fins. Autodérision, découragement. Et soudain dans une
sorte de rage il (l'artiste) se déchaîne. N'essaie plus de contrôler. Alors l'oeuvre libérée enfin des contraintes prend forme. Explose.

A la lecture, j'ai oublié le problème de la main handicapée.

Et si je peux me permettre, j'ai trouvé dabs le texte quelques longueurs qui auraient pu être évitées, donnant plus de force au récit.

Enfin, pour résumer, j'ai apprécié ce texte.( emporter jalousement son oeuvre sous son bras et la garder pour soi ... j'ai aimé)

Esther 14/05/2014 10:59

Je ne comprends pas ce passage soudain à l'imparfait dans le dernier paragraphe ; j'ai l'impression qu'il y a confusion avec le passé simple.
Sinon, j'ai d'abord été assez emballée puis peu à peu mon intérêt s'est relâché, soit la faute à quelques longueurs, soit le côté nombriliste de l'affaire qui m'a un peu lassée. Mais j'ai bien aimé
le travail autour de Barbara, qui reste un de mes poèmes préférés.

Panda 14/05/2014 10:58

la ponctuation est globalement défaillante, ce qui rend le texte un peu difficile à lire avec un rythme soutenu.
une revisite du texte s'impose à mon avis ;

Ante 14/05/2014 10:58

La création vécue comme un orgasme... C'est violent d'émotions. Difficile d'être indifférent à de tels mots.

Au niveau de la forme, j'aurais espacé les paragraphes plus souvent.
La ponctuation manque parfois ou est étrange :
"j’arrivais à peine à refermer mes doigts. Depuis l’accident.". Mais peut-être est-ce voulu pour donner plus de rythme ?

"Certains commentaient qu’il était triste ce tableau". Je me demande si c'est français même si c'est compréhensible. Là encore, il se peut que ce soit voulu. La question serait pourquoi ?

Sur le fond, ce qui me gêne est que seul le personnage principal fait quelque chose d'artistique à travers ce poème de Prévert. Les autres sont un peu... Courges, non ? Cela donne une teinte
quelque peu naïve à l'histoire. Personnellement, j'aime bien donner plus de relief au "décor".

Quoiqu'il en soit, c'est très beau au final.

Anne Marie 14/05/2014 10:57

Magique, émouvant, bouleversant, poignant, beau !!!!!

Fred 14/05/2014 10:57

Je trouve ton écriture très belle, mais je me suis un peu ennuyé en lisant. Une ou deux virgules çà et là m'auraient rendu la lecture plus facile. J'y ai réfléchi et l'ai relu une seconde fois ;
je l'ai apprécié un peu plus.
Tous ceux qui créent ressentent ce que tu décris à un moment ou à un autre.

Ernia 14/05/2014 10:57

Alors j'ai bien aimé l'idée de peindre Barbara, le lien qui se crée entre le peintre et son personnage. Par contre, j'ai moins accroché à ton style. Parfois, j'ai trouvé ça un peu confus, à des
moments un peu trop "envolée lyrique" mais c'est personnel.

Siratus 14/05/2014 10:56

Hello, Muriel.


A peine je commençais la lecture, j'entendais la voix d'Yves Montand, les mots de Prévert, "rappelle-toi, Barbara, il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour là..." tout en suivant l'artiste
peintre, fascinée... l'activité de la main, le chemin de la pensée, la création de l' oeuvre... que tu as su si bien faire vivre.


Beau partage. Merci.


Je reviendrai te lire avec plaisir.


Gros bisous

Le Chevalier Dauphinois 30/11/2011 22:06


Que lis je ?!.... Peintre tu serais aussi !


  Alors là... Jaloux je suis que toutes les fées se sont penchées sur ton berceau..... Tu aurais pu m'en envoyer une....pfff.... égoïste.


  Comme punition, je t'oblige à imaginer par écrit le tableau... heu... que... heu... qui me représente. Na !

Muriel 30/11/2011 23:08



Je relève le défi, Chevalier



Kas 23/11/2011 09:40


Le texte m'a beaucoup touché, car je fais également de la peinture, et j'ai pu ressentir ce moment de confrontation entre soi et la toile, ce qu'on veut mettre dessus, ce que l'on peut mettre
dessus.

C'est un texte plein de courage et d'émotions, touchant et poignant ! J'aime beaucoup ! Et la référence à Barbara est magique :P

LeChevalier Dauphinois 31/07/2011 10:14


Quelle prose... Que tes mots simples sont brillants cote à cote. Que d'émotions et de sentiments et de troubles et de raisonnement et de....
Je me demande comment pourrait être ta vison d'une ruine médiévale... Bien différente de la mienne qui suis trop cartésien.


Muriel Roland 31/07/2011 11:20



Je vais tenter des m’immiscer dans le « Rêve des Vestiges »… Je reviendrai vers vous pour savoir ce que vous en
pensez…



point tiret exclamation 02/04/2011 23:49


Bienvenue dans tableau de bord.


Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram