Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Lettre à Alain

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 17 Juillet 2011, 09:00am

Catégories : #Lettres, #Monologues, #Poésies

La normalité

 

 

Mes bien chers lecteurs, je vais vous quitter.

Plus de textes, plus de pensées.

J’arrête de chercher des mots, de fabriquer et de dire.

Je n’ai plus le droit d’écrire.

Enfin si.

Si, je peux encore écrire, mais selon vos normes à vous.

En silence, dans le calme, sans extase ni envie,

Sans cris et sans soupirs, sans les paradis du fou.

Je peux écrire, des mots, comme ceux-ci qui me viennent

Parce qu’ils passent à ma portée,

Que je n’ai pas à les chercher.

Et ces poignées de phrases je les fais devenir miennes,

Sans les bousculer,

Dans l’apaisement et la sérénité,

Dans le miroir cassé de vos pilules à grignoter les rêves,

A les ronger insidieusement pour qu’ils crèvent,

Ne deviennent plus qu’un puits sans fond de blême stérilité,

De tournures déjà dites,

D’envolées déjà prêtes,

De lexies réduites

A l’anorexie de préceptes.

J’écris, des mots, ceux dont je me souviens encore,

Et rien que de les choisir eux c’est comme une petite mort.

Alors que moi, j’ai le désir profond de chercher, de hurler,

De taper sur mon bureau et les murs à coups de poing,

D’exploser, de pétiller, de jubiler,

D’invectiver la télé et ses conneries sans fin,

De vous envoyer vous faire mettre avec votre liste de courses,

Vos papiers à remplir quand je dois me vider

De vos « calme-toi »  qui tarissent la source,

De vos « prends tes médicaments » quand je voudrais gueuler.

Parce que j’en ai besoin, pour vivre, d’aller puiser sans cesse

Au fond de moi dans mes trippes, et mon cœur, mon âme et mon vagin,

Cette furieuse espérance plus forte qu’une promesse

Qu’on n’aurait pas tenue alors qu’on le pouvait très bien.

Je dois me taire et je me tais,

Je m’enferme, seule chez moi, sans parler à personne,

Pour discuter enfin avec mes chers cahiers

Tandis qu’aux syllabes et aux sons enfin je m’abandonne.

Mais qui n’a pas compris qu’il fallait qu’on me laisse ?

Qui fait encore sonner ce putain de téléphone ?

On a peur que je me blesse

De mon insociabilité de pauvre conne.

Le ménage et les comptes, je vais le faire

Vous le savez très bien.

M’occuper de mon enfant, lui faire du bien,

Lui sait et comprend que ça aussi je vais le faire.

Comme toujours.

Parce qu’il est mon plus grand amour.

Terrestre. Même si je vogue dans les nuages

Avec frénésie et violence

Et que je tourne les pages

Pour les noircir de mes révoltes et de mes repentances.

Allez tous mourir avec vos potions sénilisantes

Vous me tuez avec vos injonctions,

Avec votre normalité à la con,

Avec le devoir être et la nécrologie bien pensante.

Je les prendrais, comme toujours, quand vous serez là

Je ne les prendrais pas lorsque je serais seule,

Vivement que je sois seule,

Parce que depuis trente neuf ans je vis comme ça,

Les mots pour compagnie, pour musique, pour résonnance

C’est comme ça que je la vois, moi, mon existence.

 

J4 sous Abilify 15mg

 

 

Muriel Roland Darcourt

Lettre à Alain - La Normalité

pillule.jpeg

 

Lettre à Alain

Commenter cet article

Richard 18/08/2011 18:05


Qu'est donc la normalité sinon un corset qui nous étouffe....
Un coup de gueule à la Ferré.....c'est extra...
amicalement


Panza 18/08/2011 17:31


Je suis contre ce principe de normalité, pourquoi ne pourrait-on pas vivre de la façon qu'il nous plait sans pour autant faire du mal aux autres? Mais il est triste de constater que dès que l'on
sort de la "norme" nous sommes pointés du doigt pour la simple raison que nous raisonnons ou agissons de manière différente, et tout ça parce que les gens ne comprennent pas ou suivant les
personnes ne veulent pas comprendre et préfèrent juger les autres. Je parle en connaissance de causes car j'ai des opinions propres qui divergent souvent de la masse donc j'ai souvent du encaisser
des critiques qui, soit dit en passant, manquaient très souvent d'arguments. Mais je continue de vivre ma vie comme je l'entends, même si parfois je ne fais pas les bons choix je sais le
reconnaître et bien sur je les assume pleinement.


Pour en revenir à votre publication, je dirai que c'est un coup de gueule comme je les aime


Carla 18/08/2011 16:14


N'est-ce quand même pas une façon réductrice de vivre ainsi ?
A mon sens chacun possède sa propre normalité, à nous de la trouver pour garder l'équilibre sans tomber dans l'extrême.


Chris 18/08/2011 16:11


Quelle révolte face à la "normalité" !
L'essentiel n'est-il pas de vivre sa vie du mieux possible, et je le crois maintenant, sans s'occuper des autres, de ceux qui ne nous veulent pas que du bien ?
Je ne sais pas me révolter ainsi, par les mots, mais je te rejoins dans beaucoup de tes pensées.
Difficile parfois de se révolter quand on sait que les "autres" ne comprendont pas.
Amitiés


Bruno K 18/07/2011 09:09


s'il vous plaît...continuez à taper à coups d'poing sur votre bureau !!!!
merci Muriel Roland


Darcourt Olivier 17/07/2011 21:58


Selon Graham Greene la destruction était une forme de création... Et je trouve que vous avez un style assez proche!


Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram