Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Nouvelle à Narcisse

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 24 Janvier 2012, 12:39pm

Catégories : #Nouvelles

Narcisse et l’Autre

 

 

Au n°35 de la rue des Alouettes, vivait une jeune femme que l’on nommait Narcisse puisque tout le monde la trouvait fort belle, à commencer par elle.
Narcisse était seule dans la vie, mais ce n’était pas pour lui déplaire. Ainsi pouvait-elle consacrer tout son temps à contempler, inlassablement, dans un vaste miroir, son indéniable beauté.
Mais un matin, qui se voulait être comme les autres, elle vit, là, en face d’elle, dans le miroir, l’image d’un homme qui s’y reflétait.
Elle regarda son propre corps : ses bras étaient bien les siens, ses jambes ressemblaient aux siennes, son visage ne paraissait pas avoir changé, et pourtant, dans la glace il y avait un homme.
-  D’où tu sors toi ?
L’homme ne répondit pas. Il se contentait de regarder Narcisse tandis qu’elle s’agitait devant le miroir.
Du bout des doigts, Narcisse parcourait la surface lisse du miroir. L’homme ne reproduisait pas ses gestes, il la regardait faire, immobile.
- Comment t’es entré là-dedans ? Qu’est ce que tu fais là ? Questionna Narcisse qui examinait consciencieusement la paroi.
-  J’effectue un remplacement.
- Un remplacement ? Un remplacement de quoi ? On peut savoir qui t’a permis de venir ici ? Narcisse posait souvent plusieurs questions à la fois.
-  Personne. Répondit-il, impassible.
Narcisse recula pour mieux contempler l’homme dans son ensemble.
-  Tu es un peu vieux, pas très beau… Qu’est ce que je vais faire de toi ?
-  Je peux te parler.
-  Me parler ? Et me parler de quoi ? Je n’ai pas besoin que l'on me parle moi, j’ai besoin que l’on me regarde !
-  Je ne suis pas ici pour ça.
-  Alors, il va falloir que tu t’en ailles. Dit Narcisse fermement.
-  D’accord dit l’homme. Et il disparut.
Narcisse resta seule devant son miroir vide. Elle tapait du poing contre la vitre et plaçait ses mains en visière pour voir de l’autre côté mais l’homme était parti.
Narcisse passait et repassait devant le miroir qui restait désespérément vide. Sa propre image ne s’y reflétant plus.
-  Il y a quelqu’un ? Revenez, vous m’entendez ? Qui m’a volé ?
Narcisse se jetait contre la vitre mais celle-ci ne se cassait pas.
-  Pourquoi je ne me vois plus ? Qui êtes-vous ?
Elle cherchait des yeux quelque chose qui puisse briser la glace mais il n’y avait rien d’autre dans cette pièce, rien d’autre qu’elle et le miroir.

Narcisse sortit de la pièce et alla frapper à la porte de son voisin de palier.
-  Qu’est ce que vous voulez ? Demanda-t-on au bout de quelques instants, d’un ton bourru.
-  De l’aide. Dit Narcisse, derrière la porte qui ne s’ouvrait pas.
-  Et pourquoi moi, je vous aiderais ?
-  Je ne vous aime pas beaucoup mais vous êtes fort, vous pourriez facilement casser un miroir. Expliqua Narcisse.
-  Moi non plus je ne vous aime pas.
-  Vous ne m’avez jamais vu ?
La porte s’entrebâilla et le voisin se mit à examiner Narcisse.
-  Alors ? Demanda Narcisse en prenant la pose.
-  Maintenant que je vous vois, je vous aime encore moins.
Narcisse haussa les épaules et fit bravement un pas en avant.
- Je suis d’une très grande beauté et c’est pour cette raison que l’on m’a volé mon image…. Mais bien sûr vous ne pouvez pas comprendre…
L’homme ouvrit plus grand la porte de chez lui et sortit sur le seuil.
- Je peux parfaitement comprendre au contraire. Ça m’est arrivé souvent, rétorqua le voisin avec une certaine fierté, mais je ne veux rien faire pour vous. Rajouta-il.
- Tant pis. Dit Narcisse et elle s’apprêta à revenir chez elle.
- La fille partira au bout d’une semaine … Enfin, pour moi, ça s’est passé comme ça… Depuis, je n’ai plus de nouvelles … Elle est chez vous ?
Narcisse se retourna.
- Oui, mentit-elle, elle est nue et elle danse sans arrêt. Vous voulez m’aider à la faire partir ?
Le voisin approuva de la tête et se précipita hors de chez lui.
-  Je la connais… Ce sera plus facile.
Il traversa le palier et entra chez Narcisse.

Narcisse était devant son miroir, et son image ne s’y reflétait toujours pas.
-  J’ai disparu, et depuis ce matin il n’y a plus personne dans ce miroir.
-  Où est-elle ? demanda le voisin.
Narcisse secoua la tête.
-  Disparue elle aussi.
Le voisin fit un pas vers le miroir.
-  Sans un mot d’explication ?
-  Aucun. Et maintenant ce miroir ne sert à plus à rien.
Le voisin s’approcha un peu plus du miroir et sourit de s’y voir.
-  Je m’y vois bien pourtant, et je me trouve superbe. Déclara-t-il.
Narcisse regardait son voisin qui se contemplait, ravi, devant le miroir.
-  Je n’aime pas vos yeux. Dit Narcisse.
-  Ils sont doux.
-  Ils sont froids.
Le voisin tourna vivement la tête vers Narcisse et la toisa.
-  Vous ne vous êtes pas regardée… Dit-il d’un ton moqueur.
-  Justement, là est mon problème. Pouvez-vous oui ou non casser cette glace ?
-  Au risque de m’abîmer ? Dit le voisin qui se couvait des yeux en s’admirant dans le miroir.
-  La jeune fille se trouve derrière. Dit Narcisse.
-  Ce n’est pas une raison suffisante.
-  Parce que vous êtes beau et vigoureux et que vous seul pouvez faire ça...
-  Vous me flattez…
-  Vous n’aimez pas ?
Le voisin haussa les épaules. Il se recula de quelques pas, pris son élan et se jeta contre le miroir. Il passa au travers sans même briser la glace et se retrouva de l’autre côté. Narcisse, éberluée, s’approcha du miroir.
-  Comment avez-vous pu faire ça… ?
-  C’est très douloureux. Dit le voisin.
-  Mais où êtes-vous exactement ? Demanda Narcisse.
-  Je n’en sais rien.
Narcisse tenta à son tour de traverser le miroir, plusieurs fois, en vain. Son corps venait buter contre la glace sans que celle-ci ne cède. Le voisin attendit que Narcisse soit à bout de force, presque assommée, gisant sur le sol, alors, il tourna une poignée et le miroir s’ouvrit.

Narcisse et son voisin déambulaient dans un vaste couloir blanc. Un silence pesant envahissait l’espace. Soudain, l’homme apparut.
-  C’est lui ! Cria Narcisse en pointant sur l’homme un doigt accusateur.
-  Qu’est ce que vous faîtes-là ? Demanda l’homme sévèrement.
-  Qui ça « lui » ? Demanda le voisin à Narcisse.
-  Mais lui ! La jeune fille ! S’écria Narcisse.
-  Sortez d’ici immédiatement vous n’avez pas le droit d’être là. Dit l’homme.
-  Où sommes-nous ? S’enquérait Narcisse.
-  Au royaume des images. Répondit l’homme fièrement.
-  Avez-vous vu la mienne ? Demanda Narcisse.
-  Connaissez-vous une jeune fille ? Demanda le voisin.
-  Je vous raccompagne. Dit L’homme et il les prit fermement par le bras.
- Où est-elle ? Où est mon image ? Demanda Narcisse tandis que l’homme les trainait vers la sortie.
-  Elle ne veut plus vous voir.
Une belle jeune femme apparut.  L’homme d’un signe de tête lui fit signe de partir. La jeune fille exécuta un pas de danse, sourit à Narcisse et disparut. Le voisin freina le pas. L’homme le secoua vigoureusement.
-  Ce n’est pas elle. Dit l’homme.
-  Elle lui ressemble. Dit le voisin en se laissant entraîner malgré lui.
-  Je ne partirai pas sans elle ! Criait Narcisse tout en se débattant.
- Elle ne reviendra pas. Elle est fatiguée de vous. De vous voir. De vous entendre toute la journée. De plus elle ne vous trouve pas si belle.
-  Elle a raison. Je veux rester ici. Les filles sont plus jolies… Déclara le voisin.
-  Vous êtes déjà ici. Dit l’homme et il les poussa vigoureusement de l’autre côté du miroir.

Narcisse et son voisin restaient devant la glace dans laquelle aucun d’eux ne se reflétait.
-  Regardez, dit Narcisse, vous n’y êtes plus non plus… Et elle partit d’un fou rire.
Le voisin s’approcha du miroir et rageusement tapa de toutes ses forces contre la vitre.
-  Voleurs ! Criait-il, rendez-moi mon image !
-  Rendez-moi la mienne ! Ajouta Narcisse.
Le voisin lui lança un regard noir.
-  Décidemment vous ne pensez qu’à vous !
-  C’est que je suis ce qu’il y a de plus intéressant au monde. Expliqua Narcisse.
-  Vous ne m’intéressez pas. Dit-il en la regardant hautainement.
-  Je ne vous crois pas, c’est impossible. Rétorqua Narcisse en frappant du pied contre le sol.
Mais le voisin ne l’écoutait pas. Il tentait de traverser le miroir, en vain. La vitre ne cédait pas.
-  La porte est cassée. Dit une voix qui ne venait de nulle part. N’insistez pas !
-  Mais qui êtes vous ? Interrogea le voisin.
- Nous sommes là pour vous apprendre à vous regarder l’un l’autre au lieu de vous regardez vous-même.
Narcisse et le voisin restèrent stupéfaits.
- Vous ne devez plus vous quitter des yeux. Si vous échouez, vos images ne reviendront pas. Narcisse et le voisin, face à face  s’examinaient l’un l’autre.
-  C’est affreux. Dit Narcisse dans un souffle.
-  C’est horrible ! S’écria le voisin.
-  On ne va tout de même pas se regarder comme ça pendant des heures ! Dit Narcisse.
-  Certainement pas ! S’écria son voisin qui sursauta à la vue d’une femme dans le miroir.
-  Bonjour. Lui dit le voisin et il se recoiffa.
-  Bonjour lui répondit la femme avec une œillade, tandis que l’homme apparut auprès d’elle.
Narcisse regarda le voisin et son double, puis jeta un œil vers l’homme.
-  Et pourquoi c’est moi qui l’ai, lui ? Demanda Narcisse en montrant l’homme du doigt.
-  Vous me vouliez-moi ? Demanda la femme avec un sourire.
-  Non, répondit Narcisse, je me veux moi.
-  Quelle drôle d’idée, dit le voisin, on vous propose mieux et vous n’en voulez pas…Une aubaine comme celle là ne se reproduira pas deux fois…Vous préférez le moche là ? Dit-il en désignant l’homme.
-  Je ne suis pas si laid. Dit l’homme en rajustant son costume.
-  Alors qu’est ce qu’on fait ? dit la femme.
-  Partez, dit Narcisse, on préfère n'avoir rien dans le miroir plutôt que vous.
-  Pardon, dit le voisin, je ne suis pas d’accord.
-  Alors retournez chez vous et emmenez-la. Répondit Narcisse.
Le voisin ne se fit pas prier et quitta la pièce. La femme disparut.
-  Et vous, comment me trouvez-vous ? Demanda Narcisse à l’homme.
-  Commune.
Narcisse s’offusqua.
-  Vous n’avez pas vu mes jolis yeux bleus ? Dit-elle en papillonnant des paupières.
-  Ils ne sont pas bleus.
-  Vraiment ? Demanda Narcisse, inquiète.
-  Et mes jolis cheveux blonds ?
-  Ils ne sont pas blonds.
-  Ils le sont.
L’homme secoua la tête.
-  On vous a menti.
-  Mais… Mais alors, comment je suis ?
-  Autrement, répondit l’homme.
Narcisse effrayée regardait dans le miroir mais ces yeux ne rencontrèrent que ceux de l’homme.
-  Mais à quoi je ressemble moi alors, Demanda Narcisse.
-  Ce n’est pas l’important. dit L’homme.
-  C’est primordial ! dit Narcisse.
-  Vous ressemblez à… A moi.
-  Ce n’est pas possible.
-  Et bien si.
-  Mais c’est terrifiant, vous êtes si disgracieux !
-  Vous l’êtes donc aussi.
-  Partez, je ne veux plus vous voir ! Sanglota Narcisse.
-  Alors vous serez seule.
-  Je préfère ça.
-  Vous ne vous verrez plus, il n’y aura plus personne dans ce miroir. Dit l’homme.
-  J’en suis fort aise.
-  Vous renoncez à votre image ?
-  Pas à la mienne, à vous.
-  Oh moi vous savez, je ne suis qu’une substitution.
-  Vous suppléez mon image ?
-  Exactement. Votre image ne reviendra pas, elle ne veut plus vous voir et elle en a assez d’être tout le temps réclamée.
-  Mon image ne reviendra plus ?
-  Jamais, non. C’est moi ou rien.
-  Vous ne me plaisez pas, je ne pourrais jamais m’y faire. Dit Narcisse en s’effondrant en larmes.
-  Dans ce cas je vous quitte. Dit l’homme et il disparut.

L’homme déambulait dans le couloir. Il s’arrêta devant une porte et l’ouvrit brusquement. Il entra sur une plage. L’image de Narcisse et celle de son Voisin se prélassaient, allongés au soleil.
-  Vous deux… Bientôt fini les vacances… J’en ai ras-le-bol de vos deux lascars…
D’un geste, l’image de Narcisse lui fit signe de s’asseoir près d’elle.
-  Tu ne me ressembles pas beaucoup… Dit-elle tout en examinant l’homme, ils ont du prendre ce qu’ils avaient sous la main… Pourtant, ce n’est pas le choix qui manque.
-  Il y a de plus en plus de monde ici. Déclara l’image du voisin.
-  Et cela ne va sans doute pas s’arranger. Dit l’homme.
-  Plus il y aura de miroirs et plus nous serons nombreux. Soupira l’image de Narcisse.

C’est ainsi que Narcisse du se passer de son image, durant longtemps, longtemps, vraiment longtemps… Car, après avoir été autant sollicitée, son image avait tellement besoin de vacances, que les mois passaient, les années passaient et elle ne revenait toujours pas. Et lorsque son image réapparue, transformée, affaissée, avec autant de cernes et de rides,  ne la trouvant plus si belle, Narcisse n’en voulut plus.

 

 

Muriel Roland Darcourt

Nouvelle - Narcisse et l'Autre

 

index-copie-5.jpeg

Commenter cet article

Evy 25/01/2012 22:05


Bonsoir douce soirée a toi bisous evy

Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram