Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


La Gare

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 5 Avril 2014, 20:09pm

Catégories : #Nouvelles, #Monologues

 

 

Y a Ahmed qui passe son balai dans tous les recoins dès 6 heures du matin.
Il a aussi une grosse machine, Ahmed, qui lave le sol et qui fait un bruit terrible. L’autre jour, elle est tombée dans les escaliers sa machine, ça a fait un fracas du tonnerre. Ceux qui étaient là restaient les bras ballant à le regarder se dépatouiller tout seul. Ils attendaient qu’il dégage du chemin pour passer. Ahmed tentait de la remonter mais elle était vraiment très lourde. C’est Marlène qui est venue l’aider. Elle a 64 ans Marlène, et une vigueur à ranimer les voyageurs qui baillent en traversant le hall. Elle distribue des journaux à l’entrée de la gare et ce n’est pas de bon cœur qu’elle fait ça, c’est pour manger. Les gens lui prennent ses journaux mais ils s’en foutent, ils les jettent dés qu’elle a les yeux tournés, comme ça, au milieu de la gare, et c’est Ahmed qui les ramasse sans rien dire, il va les mettre à la poubelle prévue à cet effet.
Y a aussi les employés de la gare qui arrivent au compte goutte, jamais à la même heure. Ils entrent dans leurs bureaux et en ressortent 5 minutes après pour aller boire le café. Ils sont tous chefs, chef de quelqu’un ou de quelque chose, ils portent tous le même costume. C’est pour que les voyageurs les reconnaissent, au cas où ils voudraient un renseignement. Mais c’est toujours à Marlène que les gens demandent parce que les autres ne répondent pas, de part leur position de chef ils ont bien d’autres choses à faire, comme entrer et sortir du bureau pour aller Dieu sait où et ils reviennent, pour fermer leurs portes à clef, à l’heure du déjeuner. Il y a bien un bureau des renseignements mais la queue est tellement longue et puis Marlène elle connaît tous les horaires par cœur et elle les aide à trouver leur chemin. Ils disent à peine merci, ils trouvent ça normal, ils fument une cigarette et l’écrasent sur le sol. Alors Ahmed arrive et c’est lui qui ramasse leurs mégots avec son regard qui brille. Parce que sous son bonnet Ahmed, il a un esprit épatant, et de l’humour à en revendre, toujours le mot pour rire, la remarque qui tue mais personne ne fait attention, on ne se doute pas, il n’a pas l’air comme ça avec sa blouse bleue et ses sceaux de détergent.
Y a les trains du matin qui sont souvent en retard et qui ne mettent pas les gens de bonne humeur, alors quand Marlène leur dit bonjour ils baissent la tête pour ne pas se sentir obligés de le prendre son journal. Quelques uns pourtant font le détour, exprès, parce qu’il est gratuit et que pour une fois qu’on leur donne quelque chose ils sont prêt à traverser la ville.
Y a les têtes qu’on reconnait parce qu’elles prennent toujours le même train et qui finissent par lui faire un sourire en passant à Marlène, Ahmed n’a droit à rien, il est juste là pour nettoyer et il fait chier avec sa machine qui laisse de l’eau par terre, les gens rouspètent parce qu’ils manquent de se casser la gueule mais ils râleraient si le sol était sale, alors.
La voix dans le micro on ne sait pas très bien d’où elle vient, sûrement du premier étage. Elle dit qu’il ne faut pas s’éloigner car le train en retard n’aura peut-être pas tout le retard prévu, et le retard il finit toujours par être encore plus long. Ce doit être pour cela qu’on la met à l’étage la voix, pour que personne n’ait l’idée de lui faire avaler son micro.
Il y a des gens qui en entrant dans la gare demande à Marlène où est l’entrée de la gare. Ceux qui cherchent le quai qui est devant leur yeux, ceux qui attendent l’ascenseur alors qu’il est en panne et partent en grommelant avec leur valise dans les escaliers où Ahmed ramasse leurs déchets. Les mouchoirs qui traînent là, les papiers des sandwichs, et les journaux de Marlène.
Y a ceux qui ne savent pas quoi faire en attendant leur train alors ils discutent avec elle. Elle entend tous les soucis du monde Marlène, tous les problèmes des gens mais les siens ils ne les écoutent pas. Ils ne lui demandent pas. Et pourtant elle en a : La police municipale qui passe 3 fois par jour pour vérifier qu’elle est bien sur les dalles qui appartiennent à la gare et non pas sur celles qui dépendent de la voirie. Sans quoi elle aurait une amende. Ils attendent de la chopper mais elle les voit venir de loin et elle se remet dans son coin, même si de là elle ne peut plus distribuer son journal. Et puis il y a son patron qui vérifie à tout bout de champs combien elle en donne et menace de la virer quand elle n’a pas tout écoulé.
Les gens se croisent, sans un mot, sans un sourire. Ils sont inquiets, le train va-t-il partir à l’heure ? Les panneaux clignotent, indiquent un départ, une arrivée. Il y a ceux qui pleurent sur le quai de la gare, et ceux qui sont contents. Ceux qui portent de grosses valises et qui crient à Marlène « vous ne voyez donc pas que je suis chargé ! » quand elle leur propose gratuitement de la lecture pour leur voyage. Alors Ahmed fait une réflexion, à voix basse, et ça la fait rire Marlène, tout ce qu’il dit. Et ça ferait rire aussi des tas de gens s’ils prenaient le temps de l’écouter.
Y a des grèves souvent. Les trains sont annulés. C’est que les chefs et sous chefs et chefs de chefs de la gare ne sont pas très contents. Peut-être à cause du surmenage.
Ceux qui courent et ceux qui vont lentement. Des jeunes des vieux, des gens de tous les âges, c’est qu’il y en a du monde qui prend le train, qui part en voyage. Et Marlène et Ahmed ils restent là, à regarder le train qui s’en va, à se préparer pour celui qui arrive. Il y a une bande de voyous qui traîne. Toujours le même manège, ils arrivent à plusieurs et se dispersent. Vont boire un café, gardent le gobelet et vont faire la manche sur le quai. Dés que quelqu’un quitte des yeux sa valise, hop, ils la choppent et partent avec en courant.
« Demandez le journal ! », on le prend, on le regarde vite fait, il est gratuit, il ne vaut rien, alors on le jette, par terre, de toute façon il y a Ahmed. Il est là pour ça, pour ramasser. C’est grâce à tous ces malpropres qu’il a du boulot. Car, admettons que chacun prenne la peine de jeter ses ordures dans les poubelles et s’essuyait les pieds sur les tapis devant la gare, il s’ennuierait Ahmed. Là, il n’a pas le temps de voir le temps passer, à passer le balai.
A longueur de temps il passe le balai, ou sa grosse machine, il nettoie et les gens re-salissent, il re-nettoie. Marlène lui a demandé une fois s’il avait conscience de faire un travail perpétuel, quelque chose qui ne se termine jamais, c’est bien la première fois qu’elle le faisait rire. D’habitude c’est lui qui la fait rire. Il s’amuse de la vie sans se moquer des gens. Il élimine les traces des voyageurs de passage, il est fier d’avoir du travail quand tant de monde n’en a pas. Même s’il ne consiste qu’à effacer les pas.

 

 

Muriel Roland Darcourt

Monologue - Nouvelle - La Gare

 

 

index-copie-7.jpeg

Commenter cet article

Natacha 22/05/2017 18:21

Je joins ma voix à celles de ceux qui ont beaucoup aimé ce texte. Le rythme est excellent, et j’adore le fond. De nos jours on ne regarde plus vraiment, on n’écoute plus vraiment, on n’a pas le temps, visiblement… merci de le faire pour nous :-) Oh, et je l’ai re-lu à voix haute et j’y ai trouvé une similarité avec Amélie Poulain ce-faisant, je ne sais pas pourquoi…

Log 22/05/2017 09:33

C'est un texte qui a de la tenue, machine de précision à nettoyer les traces à l'appui. Bon je coince tout de même sur le "stéréotypes" des cheminots fainéants... enfin ce n'est pas complètement rédhibitoire, mais peut-être au fond pas si utile que ça...

Albert 19/05/2017 16:13

Wahou ! Sincèrement, oui, le rythme, l'idée, le style, tout y bon là-dedans !

Géo 19/05/2017 16:12

J'ai lu, j'ai apprécié. Une tranche de vie quotidienne qui ressemble fort au gens que l'on croise tous les jours mais qu'on oublie de regarder, des fois que leur humanité nous fasse honte.
Car je fais partie des gens de passage, ceux qui malheureusement ne prennent pas le temps de regarder les autres, peut-être mon attitude changera-t-elle après la lecture de ce texte.

Jonas 19/05/2017 15:01

J'ai franchement aimé ce texte. Le rythme, les idées, ton regard et ton écriture sur ces personnages.
J'en connais un, Dim , dont je suis certain qu'il va aussi apprécier ton récit. Sa galerie de personnages ressemble beaucoup à la tienne.
Un très grand et très sincère bravo !

Léa Dumas 19/05/2017 14:54

J'adore la répétition des prénoms qui, loin d'être redondante, apporte un véritable style à ce texte. Les personnages sont attachants, et c'est criant de vérité.

voyance par telephone 16/03/2013 11:19


Bravo pour ton site, c'est vraiment gentil a toi de nous offrir des leçons, et puis même avec tes explications il es super, continue comme
ça


 

Pascale Madeleine 17/04/2012 17:58


Joli texte : on s'y croirait !


Le personnage d'Ahmed est attachant et le style vif me plaît bien !


(je n'étais pas venue depuis longtemps, je reviens avec plaisir !)

Muriel Roland Darcourt 17/04/2012 19:57



Merci Pascale !


Moi non plus je ne suis pas trop sur mon blog en ce moment, très accaparée que je suis par l'écriture de longs formats... Mais je jette un oeil à vos textes de temps en temps...



Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram