Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Journal intime

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 2 Octobre 2011, 10:51am

Catégories : #Fragments

Il était une fois, un amour. Toutes les histoires commencent comme ça. La mienne en particulier.
Comme la plupart des enfants, je n’ai pas décidé de venir au monde. On a choisi pour moi. Par contre, à la différence de certains, j’ai voulu y rester dans ce monde, prendre une place, tenir bon et tracer mon sillon au travers de l’histoire, mon histoire, qui est loin d’être terminée, qui ne sera terminée que lorsque j’aurai accompli ma destinée. Et je suis destinée à vivre, et à raconter. Je suis destinée à poser des questions, trouver des réponses, à accepter.

Comment suis-je un jour descendue sur cette Terre, et pourquoi surtout ? A chacun son mystère, moi je pense qu’il fallait que j’accomplisse quelque chose. Écrire. Je ne sais pas si l’on peut parler de don, quoique au départ on m’ait donné la vie, je pense qu’avec on m’a fourni les outils nécessaires à la réalisation de ce projet.
Je suis née dans un cri, un cri de colère, de douleur aussi, mais j’ai une bonne résistance à la douleur. Un jour j’ai tourné un film, un court métrage qui a fait basculer ma vie, un tournage terrifiant, des portes qui claquent et qui se ferment, des tiraillements, des engueulades, des doutes, des remises en question, des rapports humains dévastateurs, des souvenirs qui aujourd’hui encore réveillent en moi l’amertume, l’incompréhension, la démission. Ce film je ne l’ais pas écrit. Le scénario n’était pas de moi, en plus il n’était pas très intéressant. Mais le titre, le titre de ce film je me l’approprie, définitivement. Et si un jour ce livre qui naît sous mes doigts, sous les claquements des touches de mon ordinateur qui palpitent à la fois dans la foi et la fureur voit le jour, est lu quelque part, est compris par ceux que j’aime, je me ferais tatouer dans le dos cette phrase qui résonne encore et toujours dans ma vie, dans ma chair dans mon âme et mon cœur : «Bonne Résistance à la Douleur».

 

 

Muriel Roland Darcourt

Fragments - Journal Intime

Journal intime

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram