Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Au nom de l’idée que tu seras toujours

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 12 Juillet 2011, 11:04am

Catégories : #Lettres, #Poésies, #Monologues, #Fragments

 

arbre26

Il y a, dans l’air, des petites phrases qui circulent, qui se mélangent, déambulent, se mettent en place et me racontent des choses.  

Il y a ces mots qui entrent en moi de manière palpable, que je prends, triture, en leur donnant un sens derrière mes paupières closes.  

Il y a des syllabes qui résonnent, qui tonnent, qui me parlent, même derrière les portes, les fenêtres, l’immensité close. 

Il y a des sons, des chansons, des lettres insolentes de signification, qui colportent et entraînent toutes ces choses.


Mais il y a surtout toi, du fond de ma mémoire qui ressurgit au moment où il faut, quand c’est possible, quand c’est bien, quand c’est chaud, quelles qu’en soient les causes.

 

 

Muriel Roland Darcourt

Poésie - Au Nom de l'idée

 

MesRuines

Commenter cet article

Nomad 21/08/2011 23:11


Il y a sutout de la vie: belle déclaration d'amour
Amities!


Abdel 20/08/2011 09:13


Un beau texte où tout est ordre. Du plus grand au plus petit :

Des petites phrases qui circulent.

Des mots qui entrent.

Des syllabes qui résonnent.

Des sons (...) qui colportent.

Et une image qui surgit .

Tout cela est poétique.


Régis 18/08/2011 19:03


Bonjour Melouw,
Ces phrases, ces syllabes, ces sons ...de bien jolies choses que tu nous proposes.

Et en plus de ces mots il y a lui...restant en ta mémoire et semblant pouvoir y soulager des maux.

Amitiés


Monsieur M 18/08/2011 11:12


Ah oui, ça c'est très, très joli, une superbe lecture, pleine d'émotions vibrantes et délicieuses.


Kate 18/08/2011 11:11


C'est vif, rapide, tellement vrai... Et ce titre.

Ce texte est une perle ! J'adore


Tana 18/08/2011 11:11


Et moi,justement j'aime le retour de ces choses.

Rimbaud aussi, innova ce brusque, cet abrupt fin de vers, mais lui, était obligé, selon les préceptes de vieux croulants ( eh oui, à l'époque, déjà et encore, pfff on s'en tape des principes sauf
de ceux que la morale réprouve)de le faire figurer dans le vers suivant. Cela doit avoir un nom savant qui sait, je veux m'instruire!

J'aime cette longueur de vers ajusté au propos.

Encore, Melouw.......mais quand on y repense, Voyelles;;;, mais non ce n'est pas du plagiat c'est continue. Eh bien encore, c'est continue.


admincog 21/07/2011 19:03


muriel je ne trouve pas 2 mots alors je te le dis en 3: je t'aime


Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram