Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Poésie : Et après l'île

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 21 Novembre 2011, 16:37pm

Catégories : #Poésies, #Monologues


Quand j’aurai déversé tout mon comptant de larmes,
Que mes blessures cachées se confondront en drames,
Je marcherai brisée, dans les rues de la ville
Sans savoir où aller, à errer inutile.
Je trouverai un toit sous le pont des amours
Qui me rappellera toi, nos rêves et nos bravoures,
Dans le froid de la nuit où la lune s’est perdue,
En entendant nos bruits de désirs épandus;
Lorsque ta voix criait dans le silence profond,
Me disait je suis là, pourquoi tu te morfonds ?
Je t’entends, je t’attends, je ne connais que toi,
Ces années ont passé, et je suis toujours là.
Si tu veux tout savoir, je vais te raconter
La constance infinie, dans le cœur de nos plaies,
N’aura jamais raison au regard de la loi.
Mais prendra possession de ces miettes de foi
Qu’on a tenues secrètes pour ne pas qu’on les vole,
Qui dansent éperdument, dans cette farandole
De souvenirs déments, que l’on retrouve ensemble,
Dans l’âme de nos vies, qui tellement se ressemblent
Qu’on pourrait les confondre, si elles n’étaient les mêmes:
Remplies de tristes maux et de tendres je t’aime.
Je te dépeindrai là, les couleurs retrouvées:
Le pourpre de nos joies, nos caresses esquissées
De plaisirs inavouables pour tout autre que nous,
Car nous sommes faits de hontes, d’appétits sans tabous.
Parce qu’il ne sert à rien d’expliquer alentour,
D’épancher nos pensées dans de trop longs discours,
Nous gardons pour nos têtes nos ultimes mystères,
Partageons sans répits nos fragiles repaires.
Tu n’as donc rien à craindre, ne te laisse pas aller !
Ou alors attends-moi, pour aller te jeter
Dans les flots tortueux de l’île devant toi,
Où l’on a rendez-vous avec nos vils émois.
Je viendrai te chercher il faut que tu patientes,
Et nous vivrons ainsi cette idée qui nous hante.

 

2012

 

 

Muriel Roland Darcourt

Poésie - Et après l'île

index-copie-1.jpeg

Commenter cet article

Chassot Didier jean marie 14/05/2016 09:34

J'apprécie de beaucoup tes textes, je suis très heureux de te retrouver sur le web ! Bravo Muriel !

Péna 04/02/2012 12:50


D'abord, tu as choisi non la facilité mais la difficulté avec tes rimes suivies, parce qu'on ne voit qu'elles et qu'il faut, alors, être au top du top, ce qui est plus que dur.
Fais plus simple, balance, cherche le rythme, danse, émeus-nous, épouvante-nous.
Bisou.

Victor 04/02/2012 12:48


Certaines rimes ne manquent pas d'élégance, et je ne crois pas qu'on puisse les trouver trop riches. Même si à l'excès cela peu paraitre trop pompeux des rimes pauvres qui sacrifient la forme
pour le fond ne sont pas plus appréciables en poésie.
Ton texte est assez esthétique. Attention cependant, tu as voulu le faire en alexandrins mais ce vers possède une forme extrèmement stricte. Tu as bien respecté la césure à l'hémistiche mais la
metrique semble parfois hasardeuse.

Léo Ma 27/11/2011 17:43


Le texte ponctué !


Superbe texte. Qui nous emmène loin.

Muriel 27/11/2011 17:55



Merci d'avoir insisté pour qu'il le soit!



Penache 26/11/2011 15:41


Bonjour,
Je trouve qu'il y a un vrai souffle dans ton écriture.

Joëlle 24/11/2011 16:17


Après avoir lu ton poème, j'étais hors d'haleine! Je crois qu'un peu de ponctuation rendrait ton texte plus attractif, mettrait certains vers, pas mal écrits du tout, en valeur car on cherche
parfois le sujet de la phrase: ex: est-ce la patience qui prend posséssion des miettes? et est-ce que ce sont elles qu'on a tenues secrètes?...

Almaya 23/11/2011 23:38


C'est magnifique!


Merci pour ce partage


Bonne soirée


Almaya

Muriel Roland 24/11/2011 07:43



Merci de ton passage...



Ernia 23/11/2011 21:12


J'ai pas réussi à accrocher. De la poésie non ponctuée, ça existe, on est d'accord. Mais là, on est vraiment perdus, je trouve. Tu enchaînes des propositions sans jamais faire de liens pour
qu'elles puissent se suivre normalement les unes après les autres, résultat on perd la syntaxe et on perd le sens donc on décroche. Je pense que c'est ça le principal problème de ton poème : ta
syntaxe n'est pas correcte. Et si on comprend pas ce qu'on lit ben c'est dur de s'y attacher, c'est d'autant plus dommage que ton poème se veut intime.

Pierre A 23/11/2011 09:14


Hello =) !

Tout d'abord je suis venu lire ton texte parce que le titre m'a intrigué ! " Et après l'île " ça avait quelque chose de mystérieux, je m'attendais au voyage des sens..

Mais finalement bon, j'ai été déçu, d'abord parce que ça sent fort le dictionnaire rimes. Certains mots sont là juste pour rimer sans vraiment avoir de sens, ou alors que pour toi même mais là ça
serait dommage de ne pas faire profiter tout le monde =p

Ensuite ben pas grand chose, il n'y a pas vraiment d'histoire ça stagne, des fois on a l'impression que tu veux nous emmener quelque part et puis finalement non. Et puis je ne comprend pas très
bien le but de ce poème, ce que tu veux nous faire ressentir.

Pour en finir avec cette critique assez sévère je dois dire que " Mais prendra possession de ces miettes de foi
Qu’on a tenues secrètes pour ne pas qu’on les vole " j'ai trouvé ça très joli par contre (a)

bonne continuation =)

Muriel Roland 23/11/2011 09:15



Je voulais te répondre, et puis non.



Evy 22/11/2011 19:35


Belle écrit plein d'amour passe une bonne soirée bisous evy

Muriel Roland 22/11/2011 20:24



Bonne soirée Evy, merci de ton passage



patrice 22/11/2011 16:17


Sors de ce corps, Victor!
Mais quelle belle musique, que celle de l'alexandrin pur et dur, avec la césure à la bonne place, la rime riche, et la syntaxe classique. A poster à Grand Corps Malade, ou agoniste à prétentions
littéraires, juste pour leur montrer que c'est possible, de faire de la vraie poésie. On a beau dire. Ça repose. Ça vous réconcilierait presque avec Internet, après une brève visite sur un site
dévolu à la réparation des motocyclettes.
Amitiés.

Muriel Roland 22/11/2011 17:48



Ce commentaire je le garde, je l'imprime, je l'encadre !



Contre courant 22/11/2011 09:03


bonsoir

très beau merci

une lecture pleine d'espoir

belle soirée
alain

Leïla 21/11/2011 21:20


Bonsoir,

Beaucoup d'amour et d'espoir dans ce bel écrit !

Amitiés

Leïla

Ptitformat 21/11/2011 21:18


Un magnifique chant d'amour pour ne pas être perdue sur ton île...

Quand on a l'espoir, alors on a tout...

Merci à toi pour ce beau texte Muriel.

Amicalement

Kayak 21/11/2011 20:06


J'aime beaucoup comme tu écris. C'est très expressif et ça se lit très facilement. Continu comme ça !

Lola 21/11/2011 19:56


ça se lit très bien, les rimes coulent toutes seules, et pis c'est joliment écrit...
J'aime beaucoup

Viola 21/11/2011 18:08


6. j'adore l'idée que tu adores ce commentaire
alors je vais vivre cette idée encore quelques
instants si tu le permets.

Viola 21/11/2011 17:46


1. j'adore le titre
2. j'adore les mots
4. j'adore le sens, les sens, tous les sens, aussi interdits soient-ils parfois
5. j'adore l'idée de vivre l'idée

et 3. je le garde pour moi, mon petit mystère à moi.

Muriel Roland 21/11/2011 17:53



J'adore ce commentaire !



Candide 21/11/2011 17:19


Très émouvant !

Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram