Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Poésie : La Mer me le dira...

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 27 Juillet 2011, 21:43pm

Catégories : #Poésies

 ...Enfin, un jour, je retournerai voir la mer
Pour plonger mon cœur et mon corps dans les lames,
Y déverser des larmes salées sur l’infâme
Infini de larges sanglots où je me perds.

Je lui demanderai les causes et les raisons
De ces supplices amers dans lesquels je me noie.
Quand dans les flots des suppliques elle m’écoutera
Je trouverai la paix grâce au torrent de dons.

Car la mer donne toujours sans compter du courage,
De l’espoir, dans le flux des marées, des pensées,
L’ouragan de partage volé à l’orage,
Elle inspire de ses vagues à l’âme écoeurée

Une sublime musique du chant des marins
De ceux qui un jour ont conquis la tempête,
Maîtrisé les creux et l’écume de leurs mains
Pour étoiler les mots qui emplissent nos têtes.

Et le regard perdu dans l’horizon des sons
Ces notes de grâce que sa voix amplifie,
Les yeux éclaboussés qui malmènent l’esprit,
L’océan de rancœur se change en chanson

Qui nous conte l’histoire dans le phare des passions.
Tant d’eau contenue dans aussi peu d’espace
Où les phrases naviguent et les voiles s’enlacent
Dans les fils et les peurs des liqueurs de frissons...

 

 

Muriel Roland Darcourt

Poésie - La Mer me le dira

 

images

Commenter cet article

Tiv 19/02/2015 17:26

De la tristesse dans tes mots, très joli texte ^^

Le Korigan 04/09/2014 19:18

Très joli poème Muriel.........

Mamar 29/07/2013 10:28


tres jolie....

Oniri 11/09/2011 12:35


Sujet propice aux jeux de mots ou parallèles : "lames/larmes" "larmes salées" "supplices amers" "flot des suppliques" "flux... des pensées" "vagues à l'âme" "l'âme écœurée" (mal de mer ?) "les
creux... des mains" "les yeux éclaboussés" "l'océan de rancœur" et peut-être d'autres qui m'échappent. (Des contrepèteries ?) Hormis la courte explication du dernier vers (disparu en mer?),
étonnant que le tout soit fait sur le ton de la tristesse. Certaines images sont difficiles d’accès : "l'infâme infini", "torrent de dons" "l'ouragan de partage", "l'histoire phare". Détail
important, me semble t-il, je ne pense pas que les marins puissent "conquérir" la tempête. Les marins font preuve d'humilité devant les éléments, et comme on dit, le bon marin c'est celui qui
rentre au port. Donc "bravé" aurait été plus juste.
A lire et relire, je trouve que ce texte manque de fluidité, et j'avoue que le mélange tristesse/jeux de mots ne me convainc guère.


Santa 22/08/2011 11:41


Une douce Marine brossée de tendresse
Au coeur des flots amoureux!

Un bel ecrit!


Humfrey 19/08/2011 11:15


Je pense que l'hésitation entre les règles classiques et une certaine forme de liberté nuit à ce poème. La division en strophes de quatre vers et les rimes appellent un rythme régulier que le
lecteur peine à trouver. Un format de poésie libre conviendrait sans doute mieux.

Au niveau du fond, rien de très original, on reste dans l'imagerie et les métaphores marines classiques, sans grande surprise.


Théo 17/08/2011 18:32


Les vers marins me ravissent toujours, je ne sais pourquoi. Peut-être parce que devant cette vastitude, notre esprit s'envole et se libère ...

Merci pour ce partage !


Barbara 17/08/2011 17:12


Pour moi c'est une "mère" ....j'y suis née dedans et je comprends ta plume qui la cherche car même si elle est parfois insolente et furieuse ...elle sait reconnaître les vrais amoureux de son
âme

Merci pour ce moment de lecture


Arthur 17/08/2011 16:45


Je vois dans ce poème, un grand réservoir de symboles, notamment la mer : symbole du monde changeant et instable.
La mer houleuse représentant les dangers et les difficultés, un ennemi sans visage, un adversaire mythique dont il nous faut triompher pour assumer son destin, d'où tu es ressortie régénérée,
apparemment !


Moon 17/08/2011 12:31


Je sens la désillusion, les mots désabusés face à une situation qui n'est pas maîtrisée, pas comprise peut-être et ce besoin d'aller voir la mer, cette maîtresse insatiable, et trouver les réponses
dans les flots et qui sait rendront le marin la clef de la maison.

Merci pour cette émotion partagée

Au plaisir de vous relire


Max 17/08/2011 11:41


C'est un très joli poème que vous nous offrez en guise de partage. J'ai beaucoup aimé cette lecture.


Phil 16/08/2011 19:20


joli thème, étant un amoureux inconditionnel de la mer, un style épuré, fin et délicat.


Candy 16/08/2011 17:19


Bonjour Muriel, la mer et ses immensités parlent , parlent beaucoup á la grandeur de l´âme. Tres bel écrit !


Chantal 16/08/2011 10:08


Les cris poussés vers la mer reviennent toujours vers nos côtes...


Yann 16/08/2011 10:07


j'aime beaucoup l'idée de la mer qui donne du courage et de la volonté, c'est une très grande idée, d'ailleurs le poème regorge de belles images, de poésie, merci pour cet excellent partage,


Iris 16/08/2011 00:53


Joli poème que ce "la mer me le dira".


Anaska 16/08/2011 00:45


bonsoir
J'aime la mer et ses mysteres
http://lepalmierreveur.kegtux.org
Amities!


Muriel Roland 16/08/2011 10:29



Je me suis inscrite sur votre forum, curieuse de savoir si j'allais être capable ou non de tenter un jour d'entreprendre un poème japonais...






Alive 15/08/2011 23:53


la mer
un joli confident et un beau miroir


Ortia 15/08/2011 23:53


"Car la mer donne toujours sans compter du courage,
De l’espoir, dans le flux des marées, des pensées,"
Tu décris bien combien la mer peut nous consoler et nous transcender !
Bien à toi


Abdel 15/08/2011 22:58


Il ya de ces tournures, dans ce poème, qui cassent le rythme de plusieurs vers. Les pauses qui impriment un rythme à chaque vers ne sont pas respectées.

Cela entraîne la disparition de la musicalité qui doit naître du rythme, en plus de naître du choc des mots entre eux et des sons entre eux. Elle naît aussi des rimes et leurs agencements, mais là,
les rimes sont parfois loin de produire des sons identiques.

Certes, c'est du néoclassique. On peut se passer de toutes les règles ou en utiliser quelques unes. Il reste à rechercher la musicalité et les effets poétiqiues ailleurs que dans les règles : les
sons, les images, l'opposition des sens des mots, un rythme libre mais itératif, saillant.


Sally 15/08/2011 12:47


La mer, parce que j'habite au bord d'elle et je la connais bien, ne tarde pas à marcher le long de ses plages, berges, ports, à la longer. Donne-lui tes idées encombrantes, elle les prend. Ensuite
il faut lui dire merci, un sourire suffit :)
Joli poème.


Muriel Roland 15/08/2011 14:37



"parce que j'habite au bord d'elle", je la garde celle-là !



Adness 15/08/2011 10:35


Tout simplement magnifique et parfois mélancolique
de profondes émotions ressenties

Ne pleurez pas trop
L'océan aura mal
Et la lune va s'y brûler

Amitié


Richard 14/08/2011 14:05


vraiment tres beau...
Amitiés


Arwane 13/08/2011 00:13


Bel écrit, la mer confidente.
Merci,
arwane.


Plumo 13/08/2011 00:12


L'absolu de la mer ultime confidente.....
Merci pour ce poème !


doucevague 13/08/2011 00:11


Votre poème est sublime

merci pour ce partage

amitiés


Siam 12/08/2011 23:59


Formidable poème, merci ! Je me suis laissé submerger par l'intensité des images et l'habileté de votre plume. Très bon moment de lecture !


Emmanuel LH 12/08/2011 10:55


Ce qui me gène, à moi petit lecteur sans trop d'intelligence, c'est quand ça devient un peu trop bizarre. La lecture n'est plus fluide pour moi. Mais quand les idées sont simples, les mots sont
simples, et ça touche directement le coeur. C'est ça qu'il faut chercher selon moi: la simplicité. C'est difficile d'atteindre la virtuosité, mais peut-être encore plus la simplicité.


Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram