Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Poésie : Le Masque

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 15 Octobre 2011, 14:52pm

Catégories : #Poésies

 

 

Je marche dans la vie avec un masque de colère,
Ma seule arme est le fil de ma propre pensée,
Devant mes idéaux clôturés de barrières
Ma conscience s’éveille, prête à se révolter.
Je suis née bon soldat dans un monde impossible,
Et le triste constat de mes rêves abîmés
Soulève mon esprit face à l’inadmissible,
Le poussant à combattre l’injuste et l’insensé.
Anonyme parmi les anonymes,
Je refuse de voir ma planète gouvernée
Par l’indécence, et le feu qui m’anime
Ne s’éteindra vraiment qu’au vu de l’équité.
Seule je ne peux pas grand-chose
Mais j’entends çà et là des gens m’apostropher :
«Libère-toi !» Me crient certains dans une osmose,
«Rejoins la lutte dans la fraternité».
Alors je change de masque et non pas de colère,
Me fondre dans la masse pour mieux contre attaquer.
Et le petit soldat se transforme en guerrière,
Pour une société juste, parée d’humanité.

 

 

Muriel Roland Darcourt

Poésie - Le Masque

 

484434_3941764695994_1416709365_n.jpg

Commenter cet article

Muriel Roland Darcourt 28/08/2013 20:16


En fait dans ce poème je fais référence à "Anonymous"...

Proxi 28/08/2013 20:13


Que ton indignation soit sincère, que ton envie de la partager soit authentique, nul n'en oserait douter.

Mais ce qui fait souci, dans ce texte, ce qui semble sonner faux finalement, c'est la présentation poétique. Je ne parle pas de la mise en page, mais des vers dont le rythme claudique, maintenant
le lecteur dans un genre de malaise. Et le propos ne sauve pas, bien au contraire: il est tellement centré sur "je", "moi", que la révolte s'éloigne et l'égo du narrateur prend toute la
place.
6 fois "je", 11 fois "me/ma/mon/mes"...
Au chapitre des critiques encore, le problème des masques: pourquoi? a-t-on besoin de masque pour crier sa colère? de déguiser sa pensée? Tu parles d'armes et de soldat, et de conscience qui
s'éveille, cela me semble incohérent (en ce sens qu'il y a loin de la prise de conscience à la lutte armée, et en tous cas un texte n'y suffirait pas!!!)
Si ton poème veut faire le récit d'une démarche intellectuelle, alors c'est trop court, et trop personnel, il ne partage pas . S'il ambitionne de faire l'apologie d'une attitude, là encore, c'est
raté, ça se regarde le nombril et ça passe à côté!

Pourtant, tout n'est pas à jeter, à commencer par ton envie de musique, qui s'entend sur quelques vers bien balancés, par exemple:
Ma seule arme est le fil de ma propre pensée
Il serait facile de changer le point de vue, peut-être alors n'aurais-tu même plus besoin de vers pour envoyer ce que tu as à dire!
(J'espère que ma franchise ne t'aura pas froissée, ce n'est pas le but, bien au contraire.)

Frédéric 28/08/2013 20:11


..........si on considère que le salarié est un domestique, on peut aussi favoriser l'enrichissement du petit commerce )))))))))))

... en fait,
ce sujet  qui paraît facile est très compliqué à transcrire dans un texte  poétique
sinon,
...on tombe facilement dans le poncif du Germinal, oubliant sa moto dans le garage et son camping-car à 80 000 euros, sans compter la croisière s'amuse, les sports d'hiver devenus un droit pour
tous et les vacances à l'île Maurice de monsieur et madame toulemonde ...
Ah ! ce pouvoir d'achat... avant ? ou après les vacances ?.... ))


scuse, chère Melouw,
j'ai toujours un peu de mal avec l'injustice du kosovar qui gare sa Mercedes dans la rue derrière le secours populaire, à côté de chez moi ...

mais, je suis certainement dans l'erreur...

au niveau phrasé
le second vers est un peu.... ma...ma propre... ce qui l'alourdit d'autant

... j'en reviens au sens du texte :

se libérer n'est pas, à mon avis, se fondre dans la masse...

gueuler pour avoir plus de miel dans la mangeoire n'est pas vouloir se libérer de la ruche...


surtout, ne prenez pas mes remarques comme des attaques perso...
c'est juste une réaction à un écrit.
amitié,
Frédéric

Ancre 13/08/2013 12:12


Voilà un poème où les genres vivent en parfaite harmonie. Une sorte de manifeste, de révolte digne, de prise de conscience.

Lutter sans colère, mon projet m'intéresse et l'écriture apaisée nous sert de guide.

Kachka 07/08/2013 23:14


merci pour ce très beau texte

scrath 07/08/2013 22:52


J'aime bien, le sens du message est clair et déclaré simplement, c'est agréable à lire.
J'ai juste été déçue qu'il y ait autre chose que des alexandrins, mais bon c'est ton choix !

Anne 07/08/2013 21:10


J'aime ce poème, le fond comme la forme.
Il me met du baume au coeur.
Merci

Dinosaure 07/08/2013 19:26


Je ne trouve ça ni mauvais ni bon, en tout cas niais et sans âme. Les deux termes se complètent : on peut adopter un sujet parfaitement niais et le doter d'un souffle qui manque ici selon
moi.

Je ne cache pas que j'ai horreur de ce genre de discours, tout cela dit.

Adn 07/08/2013 19:21


Se regrouper pour mieux vaincre l'injustice et l'inégalité. C'est une aspiration très altruiste et une preuve de réalisme car l'individu seul ne peut pas grand chose alors qu'un groupe important
peut avoir de l'influence.

Capricorne 07/08/2013 19:20


Un petit soldat bien sympathique qui pour se jeter dans la mélée n'a pas besoin de bande molletières.
J'ai bien aimé ce vaillant va-t-en-guerre.
Merci pour ce déterminisme qui fait plaisir.
Mes bisous.

Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram