Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Poésie : Tu lui ressembles

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 15 Décembre 2010, 13:36pm

Catégories : #Poésies, #Monologues

 

 

Tu lui ressembles comme ça,
Les plaies ouvertes au vent et les yeux dans le vague,
Par ton sourire amer qui se noie dans les vagues
Naissant dans l’océan et mourant en chialant
Comme ta vie en furie, sur le sable mouvant.

Tu lui ressembles comme ça,
Quand tu cries à l’erreur, conjurant le malheur
En serrant fort le poing qui martèle ton cœur,
Ressassant la vengeance qui pourrait les punir
De t’avoir pris ton père en te faisant souffrir.

Tu lui ressembles comme ça,
Quand tu pleures sur ton sort, sur la fatalité,
Les lèvres serrées et l’âme écartelée,
Refusant le constat de l’échec.
Et la ferme intention de ne pas vivre avec.

Tu lui ressembles tant
Que cela me fait peur
De voir ta pire peine se gorger de rancœur
Et de savoir qu’au fond je ne pourrais rien faire
Car ton drame profond tu ne veux pas le taire.

Tu lui ressembles.
Ton fardeau infini et tes épaules si frêles
Tes rêves abandonnés au profit d’une querelle
Entre toi et le monde et qui va t’asphyxier,
Tu risques de te tuer, à trop lui ressembler.

 

 

 

Muriel Roland Darcourt

Poésie - Monologue - Tu lui ressembles

 

 

miroir

Commenter cet article

LaPlume 19/07/2014 11:51

Très beau poème plein d'émotions
j'ai hâte d'en lire d'autres aussi beau que celui-ci..Merci de ce partage émouvant

Jean-Pierre 16/07/2014 12:15

Un poème très beau, mais aussi tragique.
Amitié

Lemia 14/07/2014 12:11

Le suicide, n’est-ce pas entre autres, l’être en moi, que je ne désire pas être ?

Speed 14/07/2014 12:11

Coup de coeur de ce soir !

Théré 03/05/2013 20:07


Le poême a été posté il y a plus d un an, je ne sais pas si mon commentaire sera utile. Je voulais juste dire que je le trouve parfait.

Plumo 13/04/2012 15:56


MERCI Muriel pour ce poème "confession" !

Europe 10/04/2012 18:22


Beaucoup de textes intéressants en ce moment et je n'ai pas la temps de tout lire ni de tout commenter. Ce texte sent l'authentique dirait Hugolin. C'est peu comme commentaire, mais le reste a
déjà été dit.

Roule 09/04/2012 20:44


un puissant cri de désespoir...

Above 06/04/2012 12:24


Selon ce que je comprends, son père s'est suicidé et elle/lui semble en avoir envie aussi. Un suicide qui en entraine un autre, le malheur engendrant le malheur.
C'est une façon intéressante de le dire, j'aime bien.

Eclaircie 06/04/2012 12:14


Très émouvant ce texte, dans ces cas, il m'est difficile de laisser un commentaire. Ou alors pour prendre le recul sur l'émotion.

Le rythme irrégulier peut soutenir la douleur du narrateur et le tourment de cet enfant, mais peut-être que l'auteur pourrait écrire en vers régulier.

Véronique 06/04/2012 12:13


Un poème fort….

Lyne 05/04/2012 11:05


Comme un monologue, un discours avec soi-même où l'amertume en soi est pareille à celle du monde.
Merci

Den 05/04/2012 11:03


un poème je pense inspiré par un problème personnel.

Je ferai juste une remarque,
" tu lui ressembles comme ça"......j'aurais laissé tout simplement
tu lui ressembles, ou alors tu lui ressembles tant

le sens du " comme çà" m'échappe un peu, car pour moi cela voudrait dire " tu lui ressemble un peu....."

Braban 05/04/2012 10:59


Texte d'une terrible efficacité qui dénonce sans faiblir à aucun instant une faiblesse qui se prend pour de la force.

Je ne vois pas de lueur au bout de ce chemin.

Pessimisme fondamental où la colère devient une raison de continuer à exister.

On sort effrayé de cette lecture !

Il y a là une sorte de fascination du désespoir.

Missing 04/04/2012 18:46


c'est fort, beau et très touchant

K 03/04/2012 14:41


+++

Juliette 03/04/2012 14:41


C'est fort, et profond... Sans doute est-ce ce qu'il veut faire... Trouble de l'identification, j'ai beaucoup aimé te lire !

Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram