Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Roman : Les Paradis du Fou

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 9 Avril 2014, 23:45pm

Catégories : #Romans

lesparadisdufou2 (2)

Muriel Roland Darcourt et Chiado Editeur présentent

Le roman "Les Paradis du Fou"

 

 

  « Les Paradis du Fou », ou les élucubrations d’un type, Lazare Verne, qui vient d’apprendre sa mort prochaine. Gonflé de rage quant à sa condition de défunt imminent à laquelle il n’est pas préparé et qu’il a du mal à accepter, il décide de tout quitter pour aller mourir ailleurs, sur une autre planète, et il va en découvrir plusieurs. Des qui n’existent pas. Des qu’il imagine. Des qui sont bel et bien réelles. Enfin tout ça, tout ce qu’on croit connaître, ce qu’on avait envisagé, ce qu’on avait cru possible, ce qu’on nous avait enseigné et qui se révèle être autrement, au-delà de toute logique humaine, aux confins de l’espace ou juste à portée de nous à l’intérieur de notre propre cerveau.

 

 

lesparadisdufou2 (2)

Vidéo présentant le livre "Les Paradis du Fou"

 

 

 

 

 

"Les Paradis du Fou" est sorti dans toutes les librairies

  • Auteur: Muriel Roland Darcourt
  • Editeur: Chiado Editeur
  • Collection: Voyages dans la Fiction
  • Pages: 104
  • Date de Publication: Janvier 2015
  • Genre: Roman
  • Prix version papier: 14,00 €
  • Prix version numérique: 3,00 €
  • ISBN: 9 789895 157525

 

Commandez-le en ligne sur le site de Chiado Editeur: ici

  Les Paradis Du Fou Muriel Roland Darcourt

Lire la Critique

 

 

 

 

 

pucelesparadisdufou

Extrait 1
"Comment ai-je attrapé cette foutue maladie, pas lors d’un voyage vers un lointain pays, je n’aime ni l’avion ni les déplacements, et je sors rarement de chez moi au grand dam de ma tendre épouse. Ce doit être à l’hôpital, durant le dernier séminaire. J’exècre les séminaires. Les courbettes et les génuflexions. J’abomine les petits fours qu’ils servent entre deux discussions sur les coliques néphrétiques et la dyspepsie hyposthénique. Marre de ces pseudos docteurs ès guérison, de cette médecine incapable.
Je m’emporte. Comme toujours. Ce doit être un trop plein, je souffre assurément d’un trop plein de quelque chose. "

pucelesparadisdufou
Extrait 2
"Je vais voir les étoiles. Ce ne sont, paraît-il, que de vulgaires cailloux remplis de gaz et qui ne sont pas du tout en forme d’étoile comme celles que dessine Nicolas sur la porte du réfrigérateur. Avec des branches auxquelles personne ne pourra jamais ni grimper ni se pendre. Je me demande qui a bien pu mettre une connerie pareille dans la tête de ce môme. Il faudrait être plus vigilant avec les enfants, plus ferme aussi. Je repense à la gifle administrée à Thomas. Ça m’a fait un bien fou, j’aurai du essayer avec Benjamin. Trois garçons. Trop jalouse, trop égoïste pour me donner une fille, pour supporter l’idée d’une rivale et l’accueillir sous son toit. Ma chère femme je te quitte sans regrets ni remords, je t’aime encore et Dieu seul sait pourquoi."

pucelesparadisdufou
Extrait 3
"Je suis au centre d’une grosse rotonde dont la baie vitrée s’étend sur une partie du ciel. Spectacle hallucinant, indescriptible, gigantesque. J’embrasse l’immensité d’un seul regard, d’ici je vois la terre, c’est fou comme elle est minuscule. Alors c’est ça. La petite boule presque bleue qui tient dans la paume de ma main. Je pourrai la broyer d’une simple pression de phalange. Je pourrai la presser, la couper, l’ouvrir comme une orange, sans que quoi que ce soit autour n’en soit changé. Je la prends, hop je l’avale et personne ne sait que c’est moi qui l’ai mangée."

pucelesparadisdufou
Extrait 4
"Un sifflement. Un vieil homme me salue. Sans un mot il entreprend de vider le contenu de sa charrette sur l’herbe haute du jardin. Du bois. Des scies. Un nombre infini d’ustensiles. Des sacs, des seaux, des pelles. Pour reconstruire.  Il désigne ma pauvre masure déglinguée. De quoi se mêle-t-il celui-là. Il ne s’imagine tout de même pas que je vais reconstruire de mes mains cette maudite baraque alors qu’une somme d’argent rondelette dort sur mon compte épargne depuis plus de vingt ans. Plus de banque. Pas d’argent. Je suis ruiné c’est impossible. Moi qui ai consacré toute mon existence à faire fructifier mes économies dans le banal espoir de me voir devenir riche, voilà tous mes efforts, toutes mes frustrations, réduits à néant. Personne n’a besoin d’argent. Et bien moi, moi j’en ai besoin de l’argent, j’aime l’argent. Passionnément. Qu’on me le donne alors si personne n’en veut plus."

pucelesparadisdufou
Extrait 5
"J’ai un nouveau problème de voisinage. On m’insulte et je rétorque. Le rouquin sort furieux de n’avoir pas eu le dernier mot. Il part en fulminant et bute contre Juliette. Plusieurs soleils rouges déjà qu’elle souffre, et ostensiblement elle refuse qu’on appelle une charrue. Elle ne veut pas qu’on l’emmène à l’hôpital, c’est l’hôpital qui a tué son mari. L’hôpital n’a jamais fait de mal à personne, le rouquin le sait mieux que quiconque puisqu’il y travaille. Il va la guérir vite fait. C’est un expert. Et sous mes yeux révulsés d’horreur il entame un bouche à bouche ardant. Juliette se débat vainement quelques instants puis remet son sort entre les mains de Dieu. Le rouquin ne s’appelle pas Dieu, elle se trompe. Elle ne parle pas du rouquin mais de Notre Maître à tous. D’où vient cette voix, de ces arbustes. Depuis quand les buissons parlent-ils. Je plonge immédiatement à l’intérieur du bosquet et en sort un homme de petite taille, pas très beau. Qui est–il.  Un prophète. Je n’ai jamais commandé de prophète, que fait-il dans mon jardin. Il est de passage et il a entendu Juliette. Evidemment, avec les cris qu’elle pousse, toute la ville l’entend. Qu’est ce qu’il fait par ici. Des prophéties, forcément. Il peut me dire mon avenir si je le souhaite. Je hausse les épaules avec mépris. Mon avenir c’est demain. Demain et les autres jours. Et je sais très exactement ce que me réservent demain et les autres jours. La même chose qu’hier et les autres jours. Merci de ne pas nous importuner plus longtemps. "

 

 

 

Muriel Roland Darcourt

Roman - Les Paradis du Fou

lesparadisdufou2 (2)

Commenter cet article

Patricia Felix 01/02/2016 09:13

Un livre étrange, bien écrit. Même si j'avoue m'être quelques fois perdue dans ce monde abstrait, l'écriture est fluide et agréable.
Lecteurs vous serez plongés au coeur des élucubrations de Lazare destiné à une mort prochaine. Transporté entre mondes réels ou imaginaires, vous aurez du mal à distinguer le vrai du faux et c'est là que le livre est intéressant ! Car vous aurez le désire tout comme moi de voir plus clair ou pas. Ce livre est une invitation au voyage vers l imaginaire. Même si je ne suis pas fan de livre fantastique enfin si je peux le classer comme livre fantastique? Car il est difficilement classable :) j'aime qu'un livre me bouscule et là c'est réussi :)
À découvrir :)

Xavier 01/02/2016 09:09

C’est un roman assez étrange dans le sens où il est assez philosophique. On entre dans l’esprit d’un homme torturé, torturé car il sait qu’il va bientôt décéder. Il y a une ambiance un peu monotone je dois dire malgré tout, même si l’on sait que c’est un homme qui voit sa mort approcher. C’est assez dommage qu’il décide de tout quitter.

On entre dans ses pensées les plus intimes, parfois imaginaires, parfois remplies d’illusions, parfois surréalistes. C’est quelque chose d’assez étrange, voir un homme comme cela et pouvoir avoir un certain point de vue sur l’approche de sa mort, c’est spécial. Néanmoins, cela reste un ouvrage qui vaut la peine d’être au moins lu une fois.

Le Korigan 04/09/2014 19:19

Il fait un voyage dans sa tête avant le grand départ !!!!!

Tafik 16/08/2014 16:21

y'a un trait des grands chefs d'oeuvres de la littérature russe dans cet ouvrage , vous aurez mon avis apres la lecture lol merci pour le partage c'est intérressant

Pour le plaisir 20/12/2013 08:54


Tu as beaucoup de talent j'aime tes écrits continue à nous émouvoir

Fad 25/03/2013 18:14


votre livre est fiction, dommage que je le trouve pas en algerie

voyante gratuite par mail 16/03/2013 10:55


C'est le style littéraire que j'adore lire.Merci pour vos efforts de partage avec nous.

Sylvana 10/11/2012 16:09


Ce livre a l'air magique !

Cristof 22/01/2012 13:56


le sujet m'intrigue pas mal donc je pense me procurer votre dernier ouvrage.

Le Chercheur de vos Empreintes 24/11/2011 06:36


  Le thème est il un lire un soir de brume, lors dune panne d'électricité dans mes montagnes enneigées soufflé par un vent violent ?


  Peut être pas.


Mais le lire dans la pelouse Alpine de printemps sera ma mission.

Muriel 24/11/2011 07:51



...Et normalement les oiseaux devraient t'entendre rire, enfin, si tu es fou


Moi je le relirai cet hiver, le livre commence (et fini) sous un temps neigeux, parfait pour se mettre dans l'ambiance... D'ailleurs je l'attends avec impatience cette neige dans mes montagnes à
moi



Saiko 19/11/2011 22:04


on est à l'aise ici avec la langue francaise ! :) pas mal j'aime ! Saiko

GLOWINSKIS' LIBRARY 18/11/2011 10:07


Dear Muriel,
 
a "little" before I did write to You about my library in Poland.
Now I want to tell You that I have the MAP with flags ...

GLOWINSKIS' LIBRARY has thousands of cordial contacts
with "People of books and arts" on whole the World.
On this map there are places-countries from where I have books for my library
or illustrations for "Gallery of World's Illustrations" at GLOWINSKIS' LIBRARY.
There are 88 countries !!! I dream about more and more ...
That map is in my flat, in my library there is too little place!
 
 Dear Friend, I would like to have in my library also Your book ...
 
  I wish You beautiful day!
 
 Best Regards from Poland,
 
 Teddy

Muriel Roland 18/11/2011 10:14



Hello,


Thank you for your proposition.


I’m gonna ask my publisher for sending you books.


Indeed to you


Muriel Roland



Le Chevalier Dauphinois 01/11/2011 07:42


M'identifier à un personnage !... heu... Dans Le silence des Agneaux, je n'étais pas Jodie Foster mais... le magnifique Anthony Hopkins gnaff gnaff....
S'il y a un "très-vilain-pas-gentil" dans ton roman, il est pour moi... gnaff gnaff


Muriel Roland 01/11/2011 10:17



Il n'y a que ça des "très-vilain-pas-gentils" dans ce roman. C'est un peu normal quand on décide de dépeindre l'âme humaine... Personnellement j'ai choisi d'être un arbre. Ce personnage-là il
n'emmerde personne, enfin presque



Le Chevalier Dauphinois 25/10/2011 07:18


Moi qui suis peu roman je ne suis pas certain d'être tenté par ce livre. il est vrai qu'il est loin de mon univers de loisir et de B. Werber et Asimov.
Dois je tenter cette lecture ?


Muriel Roland 25/10/2011 10:24



Bien sûr qu’il faut tenter cette lecture ! Même si le livre te tombe des mains parce que trop éloigné de ton univers, au fond il parle de toi, et de chacun d’entre nous.


Le plus dur, pour le gentil chevalier que tu es, sera de t’identifier au personnage qui, lui, ne l’est pas gentil. Pas du tout même.


Mais il va te dire des choses dont tu n’as même pas idée, et c’est pour cela que tu prendras plaisir à lire ce roman-là.



Agathe 11/10/2011 10:41


Je l’ai trouvé particulièrement fort et déconcertant. A vrai dire, je n’avais encore jamais rien lu de tel et cette expérience m’a enchantée.


Le Chevalier Dauphinois 28/09/2011 12:40


Comment me comporterais je si je connaissais la date de ma mort ?
Chercherais je à découvrir des pays seul ?... Ou avec une amie ?
Chercherais je simplement à être avec des personnes que j'apprécie ?

Diantre, je crois que ma décision dépendra de l'humeur du moment.
Une belle idée de roman


Muriel Roland 02/10/2011 14:35



L'idée est la chose la plus précieuse que puisse posséder un artiste, avec l'amour qui est également une forme d'idée, en son nom l'artiste peut tout.



bakary 10/09/2011 20:02


vraiment vous êtes géniale, tout votre article est formidable il faut vraiment continuer.a++++++++++++


Guyrault du Creux du Sac 05/05/2011 21:53


Voilà une nouvelle qui me ravit. Vivement le mois de juin... Amicalement votre. Guyrault


Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram