Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Saynète : Une Ville Nature

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 3 Juillet 2011, 17:53pm

Catégories : #Saynètes

 

Au bout de combien de temps tu l’emplâtres la nature ?
Trois années je crois, le temps de voir défiler les saisons, d’être surpris par les tons changeant qu’elle propose, mais après l’émerveillement passé, lorsqu’on s’attend à revoir ce qu’on a déjà vu, et surtout encore après quand on a déjà vu et revu…
Tu l’emplâtres ?
Je l’emplâtre.
Comment ?
D’abord je commence à la prendre en grippe, à ne plus vouloir sortir, à détester les bourgeons, les roses écloses et les cerises au fond du jardin je ne vais même pas les ramasser, j’attends qu’elles pourrissent sur l’arbre en patientant de le voir pourrir lui aussi.
Tu n’aimes donc pas les fruits ?
Ni les fruits, ni les plantes vertes, ni les fleurs sur les rebords des fenêtres.
Tout cela ne me semble pas normal.
Pourquoi ?
De ne pas aimer la nature, c’est un peu comme se renier soi-même. Que serait le monde sans la nature et tout ce qu’elle contient, qu’elle produit, qu’elle offre ?
Une ville.
Tu voudrais voir la planète se transformer en une vaste ville ? Du béton, du goudron, des fumées nauséabondes et des rues remplies de monde…
Oui.
Tu voudrais ça ? Tu voudrais voir ça ?
On le verra, un jour ou l’autre c’est ce qui nous attend. Parce qu’il y a toujours plus de gens il faudra toujours construire plus, inévitablement.
Et la nature te manquerait ?
A ce moment-là, évidement.
Donc tu emplâtrerais la ville.
La ville aussi sûrement.
Comment ?
D’abord je la regarderais s’enliser dans la grisaille qu’elle provoque, ensuite je grillerais des feux rouges pour entraîner des accidents, et puis je couperais les câbles électriques qui alimentent les immeubles, et après je planterais des arbres.
Des arbres ?
Pour que leurs racines soulèvent les routes et les maisons, et que la nature recouvre tout et totalement.
Au bout de combien de temps ferais-tu une chose pareille ?
Trois ans. Le temps de me lasser de voir les passants courir sur les trottoirs avec leurs parapluies, d’attendre l’ouverture du bar et la fermeture de la boîte de nuit. De ne plus supporter la proximité et le bruit. Ah, je rêverais de la nature tiens !
Que tu emplâtrerais au bout de trois ans.
Voilà.
Qu’est ce qu’il te faudrait alors ?
Un peu des deux.
Un peu des deux en alternance ? Trois ans de nature et trois ans de ville ?
Non les deux imbriquées l’une dans l’autre tu vois. Tu ouvres ta porte le matin et tu regardes le soleil s’éveiller sur la campagne, tu sors boire ton café au zinc du coin en lisant le journal, tu respires la forêt, tu déambules anonyme dans les rues, tu lèves la tête vers les étoiles et tu vas dans des soirées, tu rentres en cheval ou en taxi. Tu choisis.
Et si tu ne peux pas avoir les deux, tu deviens acariâtre ?
Oui. Et je m’emplâtre.

 

 

Muriel Roland Darcourt

Saynète - Théâtre - Une ville nature

 

arbre-fleur-ville.jpg

Commenter cet article

louvopale 28/07/2011 20:46


Excellent. J'adore cette idée d'emplâtrage de soi si l'on ne peut pas aller boire un café sur le zinc et revenir à cheval à travers la forêt...


Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram