Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Monologue : Elle l'attend

Publié par Muriel Roland Darcourt sur 11 Juillet 2014, 23:22pm

Catégories : #Monologues

Elle passe sa vie à l’attendre. Mais sa vie, sans lui, ce n’est rien. Juste des jours qui défilent, des poignées de secondes qui s’égrainent en vain. Par la fenêtre, elle guette son retour, il a dit qu’il venait ? Elle ne sait plus très bien.

La pendule martèle la course du temps qui file, elle connaît par cœur le bruit du carillon, un quart d’heure de moins, cela la soulage, chaque instant tourne une page et une nouvelle s’écrit. Au fur et à mesure, elle abreuve de soupirs inutiles le livre de son existence, plus de murmures que de cris. Cela vaut mieux que le silence même si la voix du vent la pétrifie. Elle croit y reconnaître la sienne, dans le souffle versatile qui chante sa nostalgie. Mais il n’y a que du vide, il n’y a que l’absence, et ses nuits s’émiettent à l’infini.

Depuis quand l’attend-t-elle ? Combien de semaines se seront écoulées ainsi ? Elle perd la notion de sommeil tant ses pensées braquées vers lui la rongent au gré des insomnies. L’aube et le crépuscule se poursuivent à toute allure, tandis qu’elle se languit, pensant à son futur lorsqu'elle sera auprès de lui. Lui qui ne donne pas de nouvelles, qui dit seulement qu’un jour il reviendra. Ça lui suffit pour attendre et à finir par aimer ça.

Jusqu’au moment propice où les saisons changeantes auront eu raison de son espoir, que ses rêves supplices auront pris la tangente et qu’elle remplira sa vie d’autre part. Alors sans même s’en apercevoir, et sans l’avoir voulu, ce matin-là, ce soir-là, elle ne l’attendra plus.

 

 

Muriel Roland Darcourt

Monologue - Elle l'attend

Monologue : Elle l'attend

Commenter cet article

Harfang 17/02/2015 05:30

"L'attente", un bon sujet. En 1957, Luchino Visconti en faisait un film, "Nuits Blanches", qui passa hélas inaperçu en France. Pourtant il avait choisi deux grands acteurs, Maria Schell et Marcello Mastroiani.

psychowa 20/12/2014 09:09

Bon, c'est très court mais c'est assez fin : c'est joli, je sais pas pourquoi mais je trouve ça très féminin comme approche de l'écriture. C'est classieux, parce que, comme dit plus haut, ça reste ouvert. (fin au départ on peut partir sur une séparation classique, une sorte de break un peu violent, mais en fait ça colle à tout un panel de situations).

J'me colle au fil du texte,
Bien sur c'est très subjectif, et je passe sûrement à côté du sens de certaines images et autre fond : je te laisse le soin de trier, jeter, et ignorer ataguiz².
Spoiler

En résumé, j'aime beaucoup l'ambiance, on sent une plume forte avec des images judicieuses, mais ici, un peu trop juxtaposées et qui se confrontent plus qu'elles ne se complètent. Du coup, ça inonde un peu le lecteur que je suis. Il y a des choses qui sont parfaites (genre le bruit du vent qui lui rappelle le souffle), et qui se collisionnent avec des envolées poétiques trop profondes.

Mais je chipote et je cherche les points faibles : au fond, l'ambiance est maitrisée, il y a de belles choses et j'aime beaucoup la chute et la structure qui se colle parfaitement à la situation dépeinte, et qu'on a tous, plus ou moins, connu un jour. (fin heureux ceux qui ne le sont pas ^^).

Merci pour ce texte !

Maya 18/10/2014 18:56

Elle l’attend pour son plus grand désespoir. Peut-être faut-il un peu d’expérience dans une vie pour comprendre qu’en définitive il vaut mieux passer à autre chose, trouver suffisamment de force en soi pour accepter que l’on peut parfois être considéré comme pas grand-chose par certains individus que l’on aime, pourtant. C’est tout le paradoxe et la difficulté d’une telle situation.

Freya 18/10/2014 18:55

Ainsi passent les jours et les semaines et le temps a raison de tout. Heureusement car si le temps n’a pas d’âge, notre passage sur sa ligne ne dure qu’un temps.

Satki 12/09/2014 19:53

Pas réussi à entrer dans le texte, désolée. Le propos par moments mièvre par moments naïf me laisse de marbre. J'ai eu le sentiment de me retrouver dans un texte de variété française actuelle, pas trop mon truc.
En espérant d'autres avis plus positifs.

Zabelou 05/09/2014 07:34

Un dernier paragraphe superbe.
Sans attendre, plus jamais.

nessa 19/08/2014 23:06

c'est très beau, fin inattendue j'aime beaucoup :)

j'ai une question (j'aime aussi beaucoup votre design) j'aide un ami sur le theme elgant press et j'aurais aimé savoir quel est le code que vous avez mis pour votre traducteur en haut à droite ?
merci d'avance

Naguib 10/08/2014 16:47

«textes à lire.. textes à jouer..»
Une Belle invitation à la découverte.?!!.
;) Naguib ..Twintair..

Dyas 09/08/2014 10:00

Bonjour ...c'est un réel plaisir d avoir lu et parvouru tes ectit ...et je prnse birn que c est ton ton vecu ..ton histoire. ..

baroudeur 08/08/2014 18:31

c tres agreable a lire
felicitation et merci pour
l'accueil
amities

baroudeur 08/08/2014 18:30

de beaux textes .............
sublime .........merci pour ton accueil

Koka 31/07/2014 01:11

Ceci est le premier texte court que je lis et j’admets qu'il me plait. Il est très délicat et chaque phrases est bien amenée. Seule là répétition du "ça" dans la même phrase me dérange un petit peu.
Toutefois merci de ce bel écrit!

Raoul 28/07/2014 19:48

le texte ouvre sur la délivrance quand un matin l'attente a cessé d'être une compagne mortifère. Sans l'avoir voulu, sans même s'en apercevoir, les saisons changeantes eurent raison de son espoir... Voilà des remarques mystérieuses. Justement ne serait-ce pas là qu'un texte nouveau devrait s'écrire ? Creuser, fourrager ce mystère, l'écriture comme pic à forage... Ce moment inexpliqué est fait de quoi ? Des abymes, voilà où l'écriture permet l'exploration. Ainsi tout ton préambule (romantique) était nécessaire pour arriver à ce nouveau seuil. C'est bien et stimulant. Envoie nous la suite...

Sophie 25/07/2014 15:37

beaucoup d'espoir quand on arrive à la fin de votre texte , attendre et un jour reprendre sa vie.

Coralie 25/07/2014 13:26

Très bien écrit et plein d'espoir pour toutes ces âmes en peine qui pensent ne jamais pouvoir réapprendre à vivre sans l'attendre.

Bertrand 24/07/2014 15:56

attendre un plaisir est un plaisir , dit on
attendre en vain n'apporte que du chagrin
le temps passe et la seule consolation qu'il apporte , c'est l'oubli

Coralie 24/07/2014 14:31

J'ai beaucoup aimé les sonorités de ce texte! Les fin de phrases riment toujours...une vraie musicalité en ressort et c'est tellement beau.
J'ai vraiment adoré ton court texte, non pas dans le sénario qui est l'un des plus classiques du genre, mais dans l'habileté de l'écrivain à choisir ses mots avec précaution. Chapeau bas!
Est-ce une simple mini-nouvelle ou l'incipit d'une oeuvre un peu plus longue?

En espérant recroiser ta fine plume bien vite!

Moods 24/07/2014 14:24

J'aime bien ce dévidoir qui, une fois la thématique amoureuse posée, s'assèche progressivement entre les paragraphes deux et quatre, au gré de la fuite haletante ("la course", "se poursuivent à toute allure") du temps, au fil des jours, des semaines, puis des mois. L'image étonnante qui se dessine est celle d'un linge usé, lavé à grande eau, que l'on essorerait très lentement, jusqu'à ce qu'il ne soit plus possible d'en extirper la moindre goutte.

Elle 23/07/2014 20:12

Joliment écrit, un quelque chose de feutré que j'apprécie.

Sipazar 23/07/2014 20:12

Sujet difficile, traité avec brio, grâce à une écriture très maîtrisée.
Un grand grand bravo !

Chantal 21/07/2014 15:54

Alors il n'est toujours pas venu ?????
Peut être est ce pour te faire regarder ta liberté en face et qu'enfin elle ne te fasse plus peur ????
Tu as du talent et je suis heureuse de t'avoir rencontrée, énigmatique Muriel...
Amitiés

Honoré 20/07/2014 15:23

L'attente ne peut être éternelle et le mot "fin" existe pour tous.

Aarazd 20/07/2014 15:18

Bon, c'est très court mais c'est assez fin : c'est joli, je sais pas pourquoi mais je trouve ça très féminin comme approche de l'écriture. C'est classieux, parce que, comme dit plus haut, ça reste ouvert. (fin au départ on peut partir sur une séparation classique, une sorte de break un peu violent, mais en fait ça colle à tout un panel de situations).

J'me colle au fil du texte,
Bien sur c'est très subjectif, et je passe sûrement à côté du sens de certaines images et autre fond : je te laisse le soin de trier, jeter, et ignorer.

En résumé, j'aime beaucoup l'ambiance, on sent une plume forte avec des images judicieuses, mais ici, un peu trop juxtaposées et qui se confrontent plus qu'elles ne se complètent. Du coup, ça inonde un peu le lecteur que je suis. Il y a des choses qui sont parfaites (genre le bruit du vent qui lui rappelle le souffle), et qui se collisionnent avec des envolées poétiques trop profondes.

Mais je chipote et je cherche les points faibles : au fond, l'ambiance est maitrisée, il y a de belles choses et j'aime beaucoup la chute et la structure qui se colle parfaitement à la situation dépeinte, et qu'on a tous, plus ou moins, connu un jour. (fin heureux ceux qui ne le sont pas ^^).

Merci pour ce texte !

Milla 16/07/2014 15:13

j'ai trouvé ton écriture très poétique, il y a des sonorité avec lesquelles on voit que tu as volontairement joué et qui donne beaucoup de musicalité. les images sont offertes avec poésie et simplicité... j'ai beaucoup aimé ! C'est très court, mais j'ai aimé ce "portrait" d'une émotion, d'un cycle de vie dans lequel on est plus d'un à s'être retrouvé. L'attente, et puis un jour on passe à autre chose. En quelques lignes, tu nous racontes toute une histoire.

Merci pour ce texte très beau

Milla

Atissa 16/07/2014 12:23

"La pendule martèle la course du temps qui file"

Très belle phrase ! Autant le début est assez convenu, autant là il y a une originalité et quelque chose de très poétique et bien vu. L'image du livre ensuite est belle.

Les derniers paragraphes sont de plus en plus désabusés, on sent la montée du désespoir lentement, alors que le début est encore romantique. J'aime bien l'idée finale, que justement elle abandonne le cliché du "je l'attendrai toujours" et se rend compte à quel point c'est inutile. Cette fin est même ouverte, on se demande si elle va tourner la page, si elle tient le coup et assume la fin de cette histoire, ou bien si elle va sombrer au lieu de réussir à se reconstruire. Comme dit Moa, ce pourrait être un début d'histoire !

Moa 16/07/2014 12:22

Bon le texte est assez court donc j'aurai pas tant de chose à redire dessus, et puis je n'ai pas repéré de fautes non plus. J'ai aimé, une certaine poésie se dégage de tes mots et du contexte, d'ailleurs ça me rappelle un conte pour enfant d'un certain point de vue. "Un jour mon prince viendra...", oui c'est une référence comme une autre mais je n'ai pas pu m'empêcher d'y penser à certain moment.

Virginie 16/07/2014 12:21

Je trouve ce texte très jolie même assez poétique.
C'est un texte seul ou a t-il une suite ? Cela pourrais faire une jolie accroche en tout cas, enfin c'est mon avis. :D

Naroud 16/07/2014 09:46

Très joli

Nagui 16/07/2014 09:45

mais elle attend qui ??

Black John 16/07/2014 09:45

parfois il vaut mieux attendre que de chercher......

Geneviève 13/07/2014 20:38

Usant d'attendre même si on y prend plaisir!
Bien décrit...

Liberty89 13/07/2014 16:01

Combien de temps dans notre vie aurons-nous "consacré" à cette sorte de "masochisme" que représente l'attente de l'autre, l'attente d'un autre, l'attente de l'événement, etc..... Je crois que lorsque l'on connaît l'absence, (et non plus l'attente), causée par la perte, le deuil, on cesse de se "prélasser" dans le romantisme de l'attente. Vivre sa vie au présent est tellement plus intéressant, vivre l'attente dans l'action tellement plus passionnant !!!

Leïla 13/07/2014 13:12

Bonjour,

Belle plume !

L'absence et l'attente sont insupportables !

Amitiés

Liseuse 13/07/2014 12:45

belle écriture
merci pour cette lecture

Perle Noire 13/07/2014 12:29

Mais un seul petit moment ensemble efface toutes les heures grises de l'attente
L'amour attend , espère

L'amour de St Paul
L’amour est patient, il est plein de bonté ; l’amour n’est point envieux ; l’amour ne se vante point, il ne s’enfle point d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche point sont intérêt, il ne s’irrite point, il ne soupçonne point le mal, il ne se réjouit point de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité ; il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.

L’amour ne périt jamais.
Douce journée à vous

Jenny 13/07/2014 11:37

L'attente de l'être aimé... L'absence, le manque, la solitude. Histoire touchante que tu raconte si bien.
Merci

Erwan 13/07/2014 11:23

Ton texte m'a énormément plu. Je le trouve empli de mystères qui font naître en moi des questionnements. Au final, on ne sait rien. On n'est que spectateur d'un instant de vie. Même si le récit laisse présager qu'il y a un passé et un futur, on n'en sait rien. S'en est presque énervant d'ailleurs. On a envie de connaître pourquoi elle l'attend. Et puis qui attend-elle? D'un autre côté, le savoir enlèverait la "magie" de ce texte.

Plumage 13/07/2014 11:18

L'attente, un temps perdu...vous l'avez bien comptée et contée.

Flamande 13/07/2014 11:14

L'idée centrale me fait penser à La Mère de Pearl
Buck .... C'est intéressant, très bien relaté !

Gugur 12/07/2014 23:08

Une poésie en prose, très belle que j'aurais aimé écrire !

Amandine 12/07/2014 21:36

ça me traverse partout tellement c beau. merci.

Vis à Vie 12/07/2014 19:51

Une attente décrite avec poésie dans son balancement, ses allitérations qui rythment le temps. J'en ai aimé la chanson empreinte de nostalgie.

Archibald 12/07/2014 18:52

J'aime beaucoup le style d'écriture et le rythme de ton texte, on ressent bien les émotions dont parle le texte

Djelou 12/07/2014 16:53

Un être vous manque et tout est dépeuplé...
Vos mots et vos maux ressemblent étrangement a mes ressentis !
Merci pour ce beau partage...
Djelou

Rose Noire 12/07/2014 16:53

Dieu que l'absence peut prendre de la place!Le manque l'absence, tout y est.
Profite des beaux moments de la vie, même si l'absence est douloureuse...

Amitiés.

Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram