Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Théologie : Le récit de la Création

Publié par Muriel Roland-Darcourt sur 2 Avril 2011, 02:34am

Catégories : #Théologie

Le récit de la Création

 

Genèse 1, 1-31 

 

 

1.  Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
2.  Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l'abîme, un vent de Dieu tournoyait sur les eaux.
3.  Dieu dit : Que la lumière soit et la lumière fut.
4.  Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière et les ténèbres.
5.  Dieu appela la lumière jour et les ténèbres nuit. Il y eut un soir et il y eut un matin : premier jour.
6.  Dieu dit : Qu'il y ait un firmament au milieu des eaux et qu'il sépare les eaux d'avec les eaux et il en fut ainsi.
7.  Dieu fit le firmament, qui sépara les eaux qui sont sous le firmament d'avec les eaux qui sont au-dessus du firmament,
8.  et Dieu appela le firmament ciel. Il y eut un soir et il y eut un matin : deuxième jour.
9.  Dieu dit : Que les eaux qui sont sous le ciel s'amassent en une seule masse et qu'apparaisse le continent et il en fut ainsi.
10.  Dieu appela le continent terre et la masse des eaux mers, et Dieu vit que cela était bon.
11.  Dieu dit : Que la terre verdisse de verdure : des herbes portant semence et des arbres fruitiers donnant sur la terre selon leur espèce des fruits contenant leur semence et il en fut ainsi.
12.  La terre produisit de la verdure : des herbes portant semence selon leur espèce, des arbres donnant selon leur espèce des fruits contenant leur semence, et Dieu vit que cela était bon.
13.  Il y eut un soir et il y eut un matin : troisième jour.
14.  Dieu dit : Qu'il y ait des luminaires au firmament du ciel pour séparer le jour et la nuit; qu'ils servent de signes, tant pour les fêtes que pour les jours et les années;
15.  qu'ils soient des luminaires au firmament du ciel pour éclairer la terre et il en fut ainsi.
16.  Dieu fit les deux luminaires majeurs : le grand luminaire comme puissance du jour et le petit luminaire comme puissance de la nuit, et les étoiles.
17.  Dieu les plaça au firmament du ciel pour éclairer la terre,
18.  pour commander au jour et à la nuit, pour séparer la lumière et les ténèbres, et Dieu vit que cela était bon.
19.  Il y eut un soir et il y eut un matin : quatrième jour.
20.  Dieu dit : Que les eaux grouillent d'un grouillement d'êtres vivants et que des oiseaux volent au-dessus de la terre contre le firmament du ciel et il en fut ainsi.
21.  Dieu créa les grands serpents de mer et tous les êtres vivants qui glissent et qui grouillent dans les eaux selon leur espèce, et toute la gent ailée selon son espèce, et Dieu vit que cela était bon.
22.  Dieu les bénit et dit : Soyez féconds, multipliez, emplissez l'eau des mers, et que les oiseaux multiplient sur la terre.
23.  Il y eut un soir et il y eut un matin : cinquième jour.
24.  Dieu dit : Que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce : bestiaux, bestioles, bêtes sauvages selon leur espèce et il en fut ainsi.
25.  Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce, les bestiaux selon leur espèce et toutes les bestioles du sol selon leur espèce, et Dieu vit que cela était bon.
26.  Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, comme notre ressemblance, et qu'ils dominent sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toutes les bêtes sauvages et toutes les bestioles qui rampent sur la terre.
27.  Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa.
28.  Dieu les bénit et leur dit : Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez-la; dominez sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les animaux qui rampent sur la terre.
29.  Dieu dit : Je vous donne toutes les herbes portant semence, qui sont sur toute la surface de la terre, et tous les arbres qui ont des fruits portant semence : ce sera votre nourriture.
30.  A toutes les bêtes sauvages, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui rampe sur la terre et qui est animé de vie, je donne pour nourriture toute la verdure des plantes et il en fut ainsi.
31.  Dieu vit tout ce qu'il avait fait : cela était très bon. Il y eut un soir et il y eut un matin : sixième jour.

 

   Genèse 2,1-4

 

 

1.  Ainsi furent achevés le ciel et la terre, avec toute leur armée.
2.  Dieu conclut au septième jour l'ouvrage qu'il avait fait et, au septième jour, il chôma, après tout l'ouvrage qu'il avait fait.
3.  Dieu bénit le septième jour et le sanctifia, car il avait chômé après tout son ouvrage de création.
4.  Telle fut l'histoire du ciel et de la terre, quand ils furent créés Au temps où Yahvé Dieu fit la terre et le ciel,

 

 

Le début du livre de la Genèse, le premier livre de la Bible, commence par un récit de la Création qui est, pour les juifs comme pour les chrétiens, un texte essentiel.

Ce poème inaugural de la Torah chante l’œuvre de Dieu et sa bonté fondamentale car il est écrit en terre d’exil par des prêtres qui veulent redonner confiance à un peuple découragé.

Le poème est divisé en sept jours. Il reproduit donc le rythme liturgique qui aboutit, le septième jour à la glorification de Dieu.


Dix «paroles» sont prononcées : comme les dix «Paroles», les commandements de l’Alliance.

Nous voyons que dans le récit de la Genèse, il ne s’agit pas d’une simple succession chronologique de soirs et de matins, mais qu’est comme suggérée une progression continue d’un état de confusion et de chaos vers un ordre cosmique où chaque chose trouve sa place.

Dieu est nommé mais on ne le voit pas, on entend seulement sa Parole créatrice: il suffit qu’il dise, et cela existe.


Au terme d’une succession de six jours, arrive le personnage principal: l’humain, homme et femme, ensemble, à  l’image et à la ressemblance de Dieu. Tout ce qui a été créé précédemment lui est confié – et le septième jour, Dieu s’efface : il peut «se reposer», laissant à l’humain le soin de poursuivre la création; Dieu lui confie donc une mission. Dans le temple de la création dont l’homme occupe le centre, selon la volonté de Dieu, l’homme a donc pour mission de poursuivre l’œuvre de Dieu.


Ce «poème» liturgique convie son lecteur à chanter l’œuvre de Dieu et nous fait prendre conscience de notre dignité et de notre responsabilité: l’homme est créé à l’image et à la ressemblance de l'Eternel et, dans ce monde infidèle à son être propre, il est invité à ne pas trahir son identité profonde, mais au contraire à retrouver son visage initial, celui que Dieu lui a donné.

Cette première lecture de la Bible témoigne que ce qui caractérise le récit parcouru, c'est avant tout de nous dire des choses essentielles sur les relations entre Dieu et sa création, entre Dieu et l'homme. La façon dont le texte met en valeur cette dernière relation nous dit que là est son message, et que c'est donc sur ce sujet qu'il faut s'interroger, bien plus que sur le «comment» de cette création.

Le premier verbe impartit à Dieu est le verbe créer, qui est au début de toute chose. Ensuite vient le verbe dire, ainsi l’on apprend que c’est par la Parole que se fait la Création. Le verbe voir implique une constatation: Dieu regarde ce qu’il a créé. Après le verbe séparer vient du fait que Dieu partage les choses d’un côté et de l’autre, aussi la vie prend forme au sens de «modeler». Le verbe appeler vient et c’est en nommant les choses qu’on leur donne une identité propre. Le verbe faire implique un travail dans le sens de façonner voir améliorer la chose qui a été créée. Puis le verbe placer veut dire donner une place à cette chose, lui donner une fonction en quelque sorte. A la suite des êtres vivants que Dieu créé il éprouve le besoin de bénir, cela implique le fait que Dieu appelle sur eux sa protection. Puis le verbe conclure intervient, ce qui fait que l’action de créer est désormais terminée. Chômer arrive juste après, or on emploi le verbe chômer que lorsqu’il y a eu un travail auparavant, donc cela confirme le fait que Dieu était avant dans l’action. Le texte se termine avec le verbe sanctifier pour rendre la Création conforme à la loi divine.

Il y a donc là une progression très claire dans l’enchaînement lié à toute la Création. Dieu part d’une idée et lui donne une existence puis celle-ci revient à lui par le sacrement. La boucle est bouclée. La Création Est, et est totale

 

 

Murdarco

Muriel Roland Darcourt

Théologie - Le récit de la création

Michel-Ange La Creation d'Adam, fresque de la Chapelle Sixt

 

 

Visitez mon blog de Théologie : 
http://murdarco.over-blog.com/

 

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram