Google+

Muriel Roland Darcourt - Auteur

TEXTES à lire, TEXTES à jouer... Monologues, Poésies, Lettres, Fragments, Nouvelles, Romans, Saynètes, Scénarios, Pièces de théâtre...Les textes de ce site sont protégés par un COPYRIGHT.


Théologie : Les 10 Commandements

Publié par Muriel Roland-Darcourt sur 3 Mars 2011, 02:10am

Catégories : #Théologie

   

Exode 20,1 - 17 

les 10 commandements

 

 

1.  Dieu prononça toutes ces paroles, et dit :

2.  «Je suis Yahvé, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude.
3.  Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi.
4.  Tu ne te feras aucune image sculptée, rien qui ressemble à ce qui est dans les cieux, là-haut, ou sur la terre, ici-bas, ou dans les eaux, au-dessous de la terre.
5.  Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux et tu ne les serviras pas, car moi Yahvé, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux qui punis la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants pour ceux qui me haïssent,
6.  mais qui fais grâce à des milliers pour ceux qui m'aiment et gardent mes commandements.
7.  Tu ne prononceras pas le nom de Yahvé ton Dieu à faux, car Yahvé ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom à faux.
8.  Tu te souviendras du jour du sabbat pour le sanctifier.
9.  Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ;
10.  mais le septième jour est un sabbat pour Yahvé ton Dieu. Tu ne feras aucun ouvrage, toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l'étranger qui est dans tes portes.
11.  Car en six jours Yahvé a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu'ils contiennent, mais il s'est reposé le septième jour, c'est pourquoi Yahvé a béni le jour du sabbat et l'a consacré.
12.  Honore ton père et ta mère, afin que se prolongent tes jours sur la terre que te donne Yahvé ton Dieu.
13.  Tu ne tueras pas.
14.  Tu ne commettras pas d'adultère.
15.  Tu ne voleras pas.
16.  Tu ne porteras pas de témoignage mensonger contre ton prochain.
17.  Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain. Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, rien de ce qui est à ton prochain.»

Les premiers mots du décalogue sont une introduction non seulement au commandement suivant, mais à toutes les Paroles ; ils seront répétés plus tard à l'occasion de divers commandements particuliers. Ils reviennent à 5 reprises dans le texte (versets 2, 5, 7, 10 ,12), soit, selon la loi de la syntaxe biblique, avec une régularité numérique (3-2-2-3).

On peut traduire ce rappel de Dieu, systématique, avec la dénomination « Je suis Yahvé, ton Dieu » de cette manière : Moi qui te parle, Je suis l'Etre des êtres, qui condescends à être ton Dieu, et qui en cette qualité réclame de toi obéissance.


Lorsque l’on étudie les premiers et les derniers mots du décalogue on s’aperçoit que cette péricope permet un cheminement et établit le passage entre la première personne citée, Dieu, et la dernière, ton prochain. Nous pouvons donc dire que tous les interdits et tous les ordres des Dix Paroles ont pour but de faire le lien entre Dieu et l'Autre.


Les deux premiers et les deux derniers mots ('anokhi YHWH … 'acher lerey'akha) forment une phrase Moi je suis YHWH qui est pour ton prochain.
Ces quatre mots relient les trois acteurs de ce texte (Dieu, tu, prochain), ce qui empêche toute appropriation de Dieu par Israël et souligne la nécessaire médiation de l'Autre pour vivre une bonne relation entre humains.

 

Les commandements sont au nombre de 10 :

1.    Tu n'auras pas d'autres Dieux que moi.
2.    Tu ne te feras aucune image sculptée.
3.    Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain.
4.    Tu te souviendras du jour du sabbat pour le sanctifier.
5.    Honore ton père et ta mère.
6.    Tu ne tueras pas.
7.    Tu ne commettras pas d'adultère.
8.    Tu ne voleras pas.
9.    Tu ne porteras pas de témoignage mensonger contre ton prochain.
10.   Tu ne convoiteras pas ce qui est à ton prochain.


Le décalogue est la Loi que l'Éternel donne à son peuple. Elle met en évidence l’inclinaison de l'homme à commettre tout ce qui est ici défendu.


Les quatre premiers commandements concernent les rapports de l'homme avec Dieu: un Dieu unique, que l’on ne doit pas représenter, qui punit, qui fait grâce à ceux qui l’entendent et qui prépare un repos pour les siens.


Après, Dieu emploie l’impératif, le seul, le 5ème commandement qui se trouve être l’exact milieu du décalogue, où Dieu impose d’honorer ses parents (ses géniteurs mais également son Créateur, son Père, son Dieu).


Puis, quatre commandements traitent des rapports avec notre prochain  au sein de la société : le meurtre, l’adultère, le vol, le faux témoignage.


Enfin, le dernier commandement nous concerne nous-mêmes puisqu'il sonde notre coeur pour y découvrir nos désirs les plus intimes, ce que nous ne disons à personne. (L’envie, la convoitise, la jalousie)



 «Celui qui aime les autres a accompli la Loi» écrit Saint Paul aux Romains en leur disant: «Tu ne commettras point d'adultère, tu ne tueras point, tu ne déroberas point, tu ne convoiteras point, et tout autre commandement qu'il puisse y avoir, est résumé dans cette parole-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même» (Romains 13, 8-9).


Ainsi, nous pouvons synthétiser le décalogue à un seul commandement : Aime

Aimer (Dieu, l'autre, soi-même)

 

 

Murdarco

Muriel Roland Darcourt

Théologie - Les dix commandements

 

Moise-et-les-tables-de-la-loi.jpeg

 

 

Visitez mon blog de Théologie : 
http://murdarco.over-blog.com/

Commenter cet article

Le Chevalier Dauphinois 12/10/2012 22:37


Wahouuu... Quel article sérieux !...Même si je me passionne pour les églises fortifiées, c'est mon coté castellologue et non un instinct religieux très caché qui me fait les décrire.


  La théologie n'est point le thème de mes lecture. Mais j'avoue que pour te comprendre, j'ai absorbé chaque mots de ton article.... Ne suis je point téméraire et courageux ? :P

Muriel Roland 13/10/2012 11:35



Tu es très courageux, Chevalier. Je n’en doutais pas.


Cet article est une petite synthèse d’un devoir de Théologie de 25 pages que je ne pouvais mettre en entier sur ce blog sous peine d’abrutir mes lecteurs téméraires d’une foultitude d’analyses
détaillées qui les aurait découragé  à aller jusqu’au bout. Or, il me semble que juste la conclusion est intéressante. Qu’un texte si connu et si mal
connu à la fois puisse se résumer en un seul mot me fascine.


Et ce mot est essentiel à l’existence non ?


Personnellement je le prends très au sérieux, oserais-je dire au pied de la lettre lorsqu’il s’agit de toi ?



Nous sommes sociaux !

Theme: Elegant press © 2013

Hébergé par Overblog

Instagram